Archives pour la catégorie Ecole

Ressources, réflexions et autres bricoles pour le premier degré.

Cahier d’écriture cursive GS CP – Les jours de la semaine

Pour faire suite à mon article sur l’écriture cursive sur lignage feu / terre / herbe / ciel, voici des fiches pour l’écriture en cursive des jours de la semaine sur lignage feu / terre / herbe / ciel. Au départ j’avais créé ces fiches car nous avions eu besoin d’écrire les jours de la semaine en attaché pour la fabrication d’un livre à compter à la manière de la chenille qui fait des trous avec mes élèves de GS. A l’époque j’avais un peu bricolé pour qu’ils puissent travailler sur ardoise au feutre effaçable avant de faire ces fiches pour qu’ils puissent s’entraîner sur pochette plastique de manière plus autonome avant, éventuellement, de faire la fiche au crayon pour la mettre dans leur cahier d’écriture (en toute fin d’année pour les GS).

cahier d'écriture cursive - jours de la semaine

Pour ces fiches sur les jours de la semaine j’ai :

  • Inclus une illustration sur base de train, le train de la semaine qu’on trouve dans beaucoup de classes, même si je ne suis pas fan de cette représentation qui supprime le caractère cyclique de l’organisation du temps. Mais comme l’objet n’est pas ici de construire les repères temporels, on ne va pas chipoter… ou alors pas trop. 🙂
  • Coupé les mots à chaque levée de crayon et donc pas toujours en suivant les syllabes. Ceci dans le but de donner l’habitude d’un arrêt après un groupe de lettre donné et donc d’éviter les lettres rondes tournées à l’envers.
  • Fléché le sens de rotation des lettres rondes.

A noter, comme je l’avais dit dans mon article sur les fiches d’écriture de bonne fête qu’il faut ajouter un modèle supplémentaire au dessus, ou à côté pour les élèves gauchers.

Le fichier est disponible ici : cahier d’écriture cursive – jours de la semaine.pdf

 

Publicités

Débuter en écriture cursive sur lignage feu / terre / herbe / ciel

Il y a deux ans lors d’une réunion cycle 1 / cycle 2, des collègues nous avaient parlé du lignage feu / terre / herbe / ciel – rouge / marron / vert / bleu pour débuter en cursive. J’ai commencé avec des affichages trouvés de-ci de-là (liens plus bas) avant de faire des choses de mon côté. Je vous mets ce que j’ai fait et mes quelques réflexions sur le sujet en espérant que cela puisse servir.

alphabet - lignage terre-herbe-ciel


Pourquoi / comment ce lignage ?

Ce lignage est utilisé utilisé pour aider les enfants dyspraxiques. Je ne connais que peu le sujet des dys, mais j’imagine que dans ce cas l’interêt est qu’il est facile de verbaliser le tracé de la lettre : « je fais une boucle qui monte jusqu’à la ligne du ciel et qui redescend sur terre » étant plus parlant que « je fais une boucle qui monte à la troisième petite ligne et qui redescend sur la ligne rouge ». On a aussi une certaine forme de logique puisque les lettres ont globalement les pieds sur la ligne de terre. C’est de ce dernier point que je pars pour introduire l’image feu / terre / herbe / ciel et les lignes rouge / marron / vert / bleu, auprès des élèves en travaillant l’observation, le regroupement des lettres en famille :

  • Ligne de terre / ligne marron : La plupart des lettres ont les pieds sur terre.
  • Ligne verte / ligne de l’herbe : Toutes les lettres ne font pas la même taille, il y a des lettres qui sont plus petites que d’autres. Certaines ne sont pas assez grandes pour dépasser de l’herbe.
  • Ligne de ciel / ligne bleue : Certaines lettres vont monter vers le ciel. Certaines jusqu’en haut comme le l, d’autres à mi chemin comme le d.
  • Ligne de feu / ligne rouge : D’autres lettres descendent dans la terre comme le p.

Avec les plus jeunes élèves, je n’utilise pas la dénomination ligne de feu, car la perspective d’avoir du feu sous nos pieds peut être très anxiogène. Je me contente alors de parler de la ligne rouge.


Affichage(s) pour la classe

J’ai beaucoup utilisé l’alphabet qu’on trouve sur la classe de Mme figaro qui présente les lettres en écriture cursive sur un fond terre / herbe / ciel avant de créer le mien. Mon idée de départ était d’augmenter la lisibilité en mettant les lettres sur fond blanc (l’image terre/herbe/ciel est sur la gauche, les lignes se prolongeant vers la droite). J’en ai profité pour m’affranchir de la police « cursive standard » qui pose un certain nombre de problèmes. En effet, une police d’écriture est faite pour que toute lettre puisse être attachée à toute autre lettre. On se retrouve donc globalement avec des lettres qui partent entre deux interlignes pour arriver entre deux interlignes*. Or quand on écrit à la main, on adapte le tracé d’une lettre en fonction de ce qui précède et de ce qui suit (penser au tracé de la lettre e qui change entre « be » et « en » ou au tracé du n qui est modifié entre « en » et « on » parce qu’attaché une fois en bas avec le e et une fois en haut avec le o). Pour le tracé de mes lettres, je n’ai pas utilisé de police de caractères mais tracé les lettres à la main en utilisant des courbes en essayant de me mettre au plus près d’une écriture cursive manuelle lettre à lettre.

J’ai aussi prévu un affichage vierge avec l’image terre / herbe / ciel, la même image avec le lignage rouge / marron / vert / bleu par dessus et une dernière image avec une bande sur la gauche et les lignes qui se prolongent vers la droite.

Les fichiers sont disponibles ici, à imprimer (en deux pages par feuilles, je trouve ça pratique) et plastifier :

affichage - lignage terre herbe ciel affichage – lignage terre herbe ciel.pdf
affichage - alphabet cursive - lignage terre herbe ciel - a affichage – alphabet cursive – lignage terre herbe ciel.pdf

A noter que l’image terre / herbe / ciel que j’utilise ici est un assemblage, réalisé par mes soins, d’images libres de droits trouvées sur wikimedia.

* C’est plus ou moins vrai avec les dernières versions de nos traitements de textes qui permettent les variantes contextuelles (i.e. une lettre est perçue en fonction de la précédente et de la suivante). Plus d’informations sur le site de Danièle Dumont et dans cette vidéo.


Feuilles pour l’écriture

Pour l’écriture à proprement parler, j’utilise des feuilles avec le lignage qui va bien glissées dans des pochettes plastiques pour que les élèves puissent travailler au feutre effaçable. Au départ, j’ai utilisé le générateur de feuilles que l’on trouve sur le site desmoulins.fr puis j’ai homogénéisé avec les affichages de la classe i.e. une feuille avec un bandeau image terre / herbe / ciel sur la gauche et des lignes qui se prolongent vers la droite. C’est le principe que vous avez dû trouver dans les quelques fiches d’écriture que j’ai déjà mis en ligne (bonne année et bonne fête maman / bonne fête papa).

Le fichier est disponible ci-dessous, vous trouverez dedans une page avec 4 lignes et une deuxième à 5 lignes. Comme dit plus haut, on peut les utiliser glissées dans une pochette plastique avec un feutre effaçable ou imprimées pour travailler au crayon (imprimées en deux pages par feuille sur un 1/2 A4 c’est pas mal pour constituer un cahier d’écriture… j’y reviendrai) :

cahier d'écriture - page vierge cahier d’écriture cursive – page vierge.pdf

A relire cet article, je m’aperçois qu’il est relativement long… J’espère que tout ça n’est pas trop confus. Comme d’habitude, n’hésitez pas à me faire un retour, ce que vous trouvez pratique, ce qui peut être amélioré, ce que vous avez dû modifier pour l’adapter à votre pratique de classe, ce qui vous semble manquer, etc. En bref : je suis preneur !

Flashcards dictionnaire du vocabulaire du Moyen Âge

Pour travailler le Moyen Âge avec des élèves de maternelle ou cycle 2, voici un imagier autour de ce thème.

moyen-a%cc%82ge-flashcards

Cela fait relativement peu de mots, d’autant qu’il y a quelques doublons avec le vocabulaire de la galette, si vous avez des idées / des besoins, je suis preneur :

  • bouclier
  • casque
  • catapulte
  • château
  • chevalier
  • couronne
  • destrier
  • donjon
  • épée
  • reine
  • roi
  • soldat
  • tour

Les fichiers sont disponibles ci-dessous ; à imprimer, découper et plastifier :

Pour des infos supplémentaires sur les flashcards, je vous invite (comme d’habitude) à aller consulter mon article sur le vocabulaire de la cuisine ; je m’y étends un peu sur le sujet. Et, comme d’habitude, il faudrait vraiment que je fasse un article dédié.

Etiquettes portemanteau en lettres découpées dans les journaux et prospectus

Voilà un travail qui va en général de pair avec la rentrée : les étiquettes portemanteau. Pour cette version, on part à la recherche des lettres de son prénom dans des journaux, des magazines, des publicités, des tracts, on découpe, on colle, on décore. Le découpage / collage mène à mêler différentes graphies, ce qui donne un côté lettre anonyme (paradoxal pour une étiquette prénom) qui me plaît bien.

etiquette-porte-manteau-journeaux-et-prospectus

C’est un travail que j’avais déjà mené avec succès en cycle 1 (moyenne et grande section) mais que j’ai eu l’occasion de tester en cycle 2 cette semaine avec une classe qui n’avait pas encore fait de travail similaire. Personnaliser son portemanteau c’est s’approprier l’espace école pour en faire un espace personnel donc faire un pas vers les apprentissages : ça me paraît essentiel.

Avec des élèves de cycle 2, il n’y a pas de difficultés particulières pour la réalisation. J’ai laissé une demi-classe en autonomie pendant que je travaillais avec les autres. Quelques élèves sont quand même venus me voir pour les lettres peu fréquentes Y, K et W (on se croirait au scrabble) : je conseille d’avoir repéré telle ou telle page dans tel ou tel journal par avance, cela permet de les aiguiller rapidement.

A noter qu’il est possible de faire un travail, en particulier avec les élèves de cycle 1, sur les différents supports de l’écrit en préalable / en parallèle de ce travail.

Matériel :

  • Des bandes de papier (plutôt épais) d’environ 8 cm de haut dont on prévoira deux largeurs : une pour les prénoms courts, l’autre pour les prénoms longs max une largeur A4.
  • Des journaux, magazines, publicités, prospectus, etc. Pour s’approvisionner je conseil de faire le tour des agences immobilières qui ont souvent des piles de magazines disponibles dans des petits présentoirs en extérieurs. On trouve aussi des journaux et magazines gratuits à l’entrée des cinémas, des bars ou dans les centres commerciaux. A l’entrée des supermarchés on trouve souvent des publicités (ou dans les boîtes aux lettres si vous anticipez un peu). Dans les magasins de sport il y a aussi souvent des présentoirs avec des tracts pour des activités de plein air, des événements sportifs et autres. A titre d’exemple, mardi dernier j’ai fait le tour de mon quartier (j’habite en plein centre donc j’ai cinémas, magasins et autres à portée) ; en une demi-heure j’avais récupéré plus que nécessaire pour toute la classe.
  • Des ciseaux.
  • De la colle.
  • Des barquettes pour que les élèves puissent stocker leurs lettres le temps d’avoir tout trouvé.
  • Des feutres.
  • Du papier à plastifier.

Pour la réalisation (désolé, je n’ai pas eu le temps de faire des photos étapes par étapes) :

  • Distribuer à chaque élève une bande de papier, des ciseaux et de la colle.
  • Poser les magazines, journaux et autres au milieu de la table.
  • Leur demander de trouver les lettres de leur prénom en faisant attention à ne pas les choisir trop petites pour ensuite les coller sur la bande.
  • Il faut leur spécifier que le collage doit être fait à peu près au milieu de la bande (ni tout en haut, ni tout en bas).
  • Quand ils ont terminé le collage, leur demander de prendre deux ou trois feutres et de faire un algorithme en alternant des formes ou des couleurs (ou les deux). A ce moment on peut éventuellement recouper la bande si le prénom n’est pas bien centré.

Après, ne reste plus qu’à plastifier et à patafixer dans le couloir !

C’est un travail que j’avais déjà mené avec succès en moyenne et grande section mais il faut adapter un peu car :

  • Il faut aider les élèves à repérer leurs lettres, le mieux étant de supprimer au préalable un certain nombre de pages à petits caractères pour ne garder que les pages à gros titres.
  • Les plus jeunes peuvent aussi avoir du mal dans le découpage, il faudra sûrement les guider (éventuellement l’adulte procède à un pré-découpage pour que l’élève n’ait qu’un morceau de taille réduite à re-découper).
  • Il faut prévoir plusieurs séances (une pour la recherche des lettres, une seconde pour le collage des lettres dans le bon ordre et une troisième pour le graphisme) là où une seule séance suffit en cycle 2.

Jeu de la couronne

Encore un jeu pour jouer avec un dé et des jetons (promis après j’arrête), cette fois dans une thématique galette : le jeu de la couronne.

jeu-de-la-couronne

Règle du jeu : Chaque élève reçoit une couronne. On lance le dé à tour de rôle et il faut poser sur la couronne le nombre de jetons « joyaux » indiqué par le dé. Le premier qui a fini de décorer sa couronne a gagné.

Dans le fichier vous trouverez des plateaux à 12 et 20 cases. Les jetons à utiliser doivent faire environ 2 cm de diamètre. Le fichier est disponible ici : Jeu de la couronne – plateaux 12 20.pdf

A mon avis c’est utilisable de la PS avec 12 jetons et un dé à 3 à la GS avec le plateau à 20 cases et un dé à 6. Normalement, je teste ça demain !

Evolutions possibles (enrichies par rapport au jeu du serpent) :

  • Travailler l’association écriture chiffrée / quantité en utilisant un dé à chiffres.
  • Travailler les structures additives en utilisant deux dés à 3.
  • Travailler les comparaisons :
    • En proposant aux élèves de jouer à deux : chaque joueur a sa couleur de jeton, on joue à tour de rôle et, quand la couronne est complétée, on compare les deux collections pour savoir qui en a le plus. La comparaison peut se faire par dénombrement-comparaison ou par alignement des jetons puis comparaison terme à terme « il y en a plus parce que c’est plus long ».
    • En proposant aux élèves de jouer avec deux dés qu’on lance en même temps : on doit poser le nombre de jetons indiqué par « le plus grand dé ».

Flashcards dictionnaire du vocabulaire de la galette et de la fête des rois et des reines

C’est de saison, limite un peu tard, voici les flashcards, mots-images, pour travailler le vocabulaire de la galette et de la fête des rois et des reines.

flashcards-trois-ecritures-galette-et-fe%cc%82te-des-rois

Cela fait relativement peu de mots, si vous avez des idées / des besoins, je suis preneur :

  • couronne
  • fève
  • galette
  • part
  • reine
  • roi

Le fichier est disponible ci-dessous ; à imprimer, découper et plastifier :

Pour des infos supplémentaires sur les flashcards, je vous invite (comme d’habitude) à aller consulter mon article sur le vocabulaire de la cuisine ; je m’y étends un peu sur le sujet. Il faudrait que je fasse un article dédié. Un jour peut-être ! J’ai aussi vu une super idée chez une collègue aujourd’hui (coucou Manu !), on en reparle très vite.

Valoriser les élèves – Le mur des bravos

Cette année, sur mon remplacement de première période, j’ai essayé un nouveau dispositif pour valoriser les élèves : le mur des bravos. Dans le principe c’est relativement simple, un coin du couloir est réservé pour afficher des photos des élèves en situation de réussite (avec description de la réussite associée) sous une pancarte Bravo ! avec coupe et médaille.

le-mur-des-bravos

J’ai fait le choix d’un affichage dans le couloir car si on (les enseignants) pratique tous la valorisation auprès de nos élèves à l’oral, la présence physique de ces photos dans le couloir permet à certains élèves de se valoriser auprès de leurs parents en les trainant au mur des bravos « viens voir » et à certains parents d’avoir la réponse à la fameuse question « qu’est-ce que tu as fait à l’école aujourd’hui ? » et de voir leur enfant en situation de réussite. Je trouve que c’est une bonne façon d’amener le positif de l’école à la maison. Dans le principe, c’est un peu le cahier de suivi… sauf que selon les disponibilités (et l’envie) des parents au retour à la maison, le cahier de suivi ne sera pas forcément ouvert, alors que le couloir de l’école est sous nos yeux. Dans l’idéal, il faudrait faire en doublon pour être sûr que l’info ait été vue.

Je reviens sur la description de la réussite sous l’image dont je parlais en introduction. C’est à mon avis un point important car il permet d’expliciter au parent en quoi cette réussite est remarquable. « J’ai réussi sans erreur. » ne suppose pas la même avancée que « J’ai réussi tout seul. ». Dans un cas on insiste sur l’exactitude du résultat (si je peux me permettre ce genre de phrase pour de la maternelle), dans l’autre on insiste sur l’autonomie.

En dehors de la valorisation vers l’élève (qui voit sa photo), vers les parents (qui voient la photo de leur enfant), j’ai aussi observé des élèves qui, parlant entre eux, se rappelaient de tel élève qui avait fait tel chose. On est donc sur une forme de valorisation entre pairs.

Les programmes 2015 de l’école maternelle nous disent :

L’école maternelle est une école bienveillante (…). Sa mission principale est de donner envie aux enfants d’aller à l’école (…). Elle s’appuie sur un principe fondamental : tous les enfants sont capables d’apprendre et de progresser.

C’est ce dernier point, qui reprend le principe d’éducabilité de Philippe Meirieu, qui a motivé ce mur des bravos : valoriser les réussites, mêmes minimes, pour que les élèves prennent confiance en leur capacité à réussir.

A mon sens on peut quasiment tout valoriser : celui ou celle qui connaît déjà une chanson que l’on n’a pas encore apprise, qui arrive à écrire son prénom, qui aide à ranger, qui dit toujours bonjour en arrivant, qui s’applique (même s’il n’a pas réussi !), qui a réussi un travail sur fiche, un coloriage, une construction, un puzzle, un algorithme, une roulade, celui ou celle qui en aide un autre, qui a réutilisé spontanément un des gestes graphiques vu en classe dans un de ses dessins, qui a expliqué une histoire, qui a réussi à mettre son manteau, etc.

A noter que si la valorisation est probablement plus bénéfique aux élèves en difficulté, ceux qui n’ont pas confiance en leur capacité à réussir et qu’on cherchera donc à valoriser prioritairement, il me semble obligatoire de valoriser aussi les « bons » élèves : eux aussi ont le droit de se sentir mis en avant.

le-mur-des-bravos

Le fichier (au format A4) à découper et plastifier est disponible ici : Je réussis – Le mur des bravos.pdf