Archives pour la catégorie Devenir élève

Affichages pour l’éducation à l’environnement – Les économies

L’éducation à l’environnement est un sujet qui me tient à coeur et que je n’avais étrangement traité que de loin avec les élèves que j’ai croisés (autres priorités, manque de temps, manque de supports, etc.)… et pourtant, d’une, l’École a pour mission de former les citoyens de demain (au moins en partie, bonjour les parents), de deux, si je ne transmets pas les valeurs qui me sont chères aux enfants que je croise, qui le fera à ma place ? Dont acte. Voici des affichages à mettre un peu partout pour sensibiliser les élèves aux petits gestes. L’idée n’est pas forcément originale mais ça permet de commencer.

Affichages éducation à l'environnement - économies

Les affichages que je vous propose sont centrés autour des économies :

  • économie d’énergie : fermer la porte pour empêcher le froid de rentrer, éteindre la lumière en sortant d’une pièce.
  • économie d’eau : en tirant la chasse ou en se lavant les mains on utilise le minimum d’eau.
  • économie de ressources : en s’essuyant les mains on utilise uniquement ce dont on a besoin.

J’essaierais d’ajouter rapidement les problématiques de tri et de recyclage.

A noter que, depuis que j’ai lu un article sur le cerveau et la négation il y a quelques années dans un magazine de style Cerveau et Psycho (quelque chose comme ça), j’essaie d’utiliser des phrases qui indiquent l’objectif à atteindre et non ce qu’on cherche à éviter. Ce qui ici donne des phrases comme « laisse le froid dehors » plutôt que « ne laisse pas rentrer le froid ». Je reviendrais dessus à l’occasion car c’est quelque chose que j’utilise aussi dans les règles de vie de classe.

Je vais un peu enfoncer une porte ouverte mais pour que l’affichage fonctionne, il faut que, pendant un moment, à chaque passage nous prenions le temps de répéter, répéter, répéter pour associer la parole (de l’enseignant), l’action (de l’enfant) et le visuel (de l’affiche).

Le fichier est disponible ici, à imprimer en 1, 2 ou 4 pages par feuille suivant la taille désirée et à plastifier : Affichages éducation à l’environnement – économies.pdf

(merci So pour les photos !)

Valoriser les élèves – Le mur des bravos

Cette année, sur mon remplacement de première période, j’ai essayé un nouveau dispositif pour valoriser les élèves : le mur des bravos. Dans le principe c’est relativement simple, un coin du couloir est réservé pour afficher des photos des élèves en situation de réussite (avec description de la réussite associée) sous une pancarte Bravo ! avec coupe et médaille.

le-mur-des-bravos

J’ai fait le choix d’un affichage dans le couloir car si on (les enseignants) pratique tous la valorisation auprès de nos élèves à l’oral, la présence physique de ces photos dans le couloir permet à certains élèves de se valoriser auprès de leurs parents en les trainant au mur des bravos « viens voir » et à certains parents d’avoir la réponse à la fameuse question « qu’est-ce que tu as fait à l’école aujourd’hui ? » et de voir leur enfant en situation de réussite. Je trouve que c’est une bonne façon d’amener le positif de l’école à la maison. Dans le principe, c’est un peu le cahier de suivi… sauf que selon les disponibilités (et l’envie) des parents au retour à la maison, le cahier de suivi ne sera pas forcément ouvert, alors que le couloir de l’école est sous nos yeux. Dans l’idéal, il faudrait faire en doublon pour être sûr que l’info ait été vue.

Je reviens sur la description de la réussite sous l’image dont je parlais en introduction. C’est à mon avis un point important car il permet d’expliciter au parent en quoi cette réussite est remarquable. « J’ai réussi sans erreur. » ne suppose pas la même avancée que « J’ai réussi tout seul. ». Dans un cas on insiste sur l’exactitude du résultat (si je peux me permettre ce genre de phrase pour de la maternelle), dans l’autre on insiste sur l’autonomie.

En dehors de la valorisation vers l’élève (qui voit sa photo), vers les parents (qui voient la photo de leur enfant), j’ai aussi observé des élèves qui, parlant entre eux, se rappelaient de tel élève qui avait fait tel chose. On est donc sur une forme de valorisation entre pairs.

Les programmes 2015 de l’école maternelle nous disent :

L’école maternelle est une école bienveillante (…). Sa mission principale est de donner envie aux enfants d’aller à l’école (…). Elle s’appuie sur un principe fondamental : tous les enfants sont capables d’apprendre et de progresser.

C’est ce dernier point, qui reprend le principe d’éducabilité de Philippe Meirieu, qui a motivé ce mur des bravos : valoriser les réussites, mêmes minimes, pour que les élèves prennent confiance en leur capacité à réussir.

A mon sens on peut quasiment tout valoriser : celui ou celle qui connaît déjà une chanson que l’on n’a pas encore apprise, qui arrive à écrire son prénom, qui aide à ranger, qui dit toujours bonjour en arrivant, qui s’applique (même s’il n’a pas réussi !), qui a réussi un travail sur fiche, un coloriage, une construction, un puzzle, un algorithme, une roulade, celui ou celle qui en aide un autre, qui a réutilisé spontanément un des gestes graphiques vu en classe dans un de ses dessins, qui a expliqué une histoire, qui a réussi à mettre son manteau, etc.

A noter que si la valorisation est probablement plus bénéfique aux élèves en difficulté, ceux qui n’ont pas confiance en leur capacité à réussir et qu’on cherchera donc à valoriser prioritairement, il me semble obligatoire de valoriser aussi les « bons » élèves : eux aussi ont le droit de se sentir mis en avant.

le-mur-des-bravos

Le fichier (au format A4) à découper et plastifier est disponible ici : Je réussis – Le mur des bravos.pdf

 

Je deviens autonome – Je sais mettre mon manteau

Voici une idée reprise chez une collègue (merci Manu !) : un affichage dans le couloir qui montre où en sont les élèves dans leur autonomie avec la mise de manteau. Il s’agit d’utiliser un jeu de photos qu’on vient déplacer quand un élève passe un cap dans son autonomie. C’est aussi l’occasion de mettre en valeur cet événement auprès de l’élève concerné.

je-deviens-autonome-je-sais-mettre-mon-manteau

L’idée est d’offrir aux élèves une vision de leurs acquisitions en graduant la compétence, ici codée par un dessin. J’ai ici introduit trois niveaux :

  • Je sais mettre mon manteau avec un adulte.
  • Je sais mettre mon manteau tout seul.
  • Je sais attacher ma fermeture à glissière.

Dans l’absolu, le premier niveau « avec un adulte » ne fait pas de sens, ils savent tous mettre un manteau quand on les aide, mais je ne voulais pas laisser d’élève à part. Être en bas de l’escalier, c’est s’apprêter à le gravir.

Cet affichage permet aussi de donner une visibilité aux parents. Il ne s’agit pas, pour moi, de comparer son enfant aux autres, chacun grandissant à sa vitesse, mais ça donne une indication sur ce que peuvent faire les enfants d’une classe d’âge.

Détail pratico-pratique, j’utilise de la patafix pour les photos (plastifiées). Cela permet de le déplacer relativement aisément.

D’un point de vue plus école/programmes, j’ai eu un peu de mal à classer cet affichage en écrivant cet article. »Je sais mettre mon manteau », on est clairement en dehors des cinq domaines d’apprentissages définis dans les programmes 2015 mais le gain en autonomie et le cap symbolique pour nos jeunes élèves me semble important. D’ailleurs le Devenir élève des programmes de 2008 n’a pas vraiment disparu puisqu’à lire attentivement les programmes, on le retrouve de manière diffuse dans la définition même de l’école maternelle dans la première partie du B.O.

Le fichier consiste en trois pages format A4 à imprimer et plastifier : Je deviens autonome – Je sais mettre mon manteau.pdf

Les trois images au format jpg, si vous préférez les intégrer dans vos propres fichiers : Je deviens autonome – Je sais mettre mon manteau.zip