Jeu de conjugaison : Pioche et conjugue !

Après le jeu des 7 familles du présent du troisième groupe, voici un atelier individuel pour s’entraîner à la conjugaison des verbes : le Pioche et conjugue ! Rien de vraiment extraordinaire (des étiquettes de verbes, on pioche dans la boite à verbes, on conjugue à toutes les personnes et on corrige) mais le hasard de la pioche et la décoration de la boîte donnent un côté ludique qui fait que ça passe tout seul. Pour l’instant cet atelier est axé sur le présent, je rajouterai les corrections pour les autres temps au fur et à mesure de mes besoins en classe.

La liste des verbes inclut les verbes être et avoir, les verbes du premier groupe (y compris des verbes comme payer où le y est souvent problématique), les verbes du deuxième groupe et les verbes irréguliers du troisième groupe tels que définis dans les programmes (aller, dire, faire, pouvoir, prendre, venir, voir, vouloir). J’ai listé les verbes de manière à ce que tous les groupes soient équiprobables (je n’aurais jamais imaginé utilisé ce mot hautement improbable ici 😉 ). Le contenu de la boîte à verbes est à faire varier dans le temps selon ce qui a déjà été vu ou pour favoriser tel ou tel groupe.

Les corrections pour le présent sont disponibles en deux formats : un format livret (à imprimer en deux pages par feuilles, un coup de massicot et d’agrafeuse pour relier le tout) et une feuille A4 recto-verso pour vous laisser le choix du support qui vous parait le plus adapté à vos élèves. Avec mes CM1/CM2, j’ai utilisé le format livret. J’en ai imprimé plusieurs que je laisse au fond de la classe afin que plusieurs élèves puissent travailler en même temps.

Je le disais en introduction, c’est un atelier individuel qui fait parti de mon centre d’autonomie français mais il m’est déjà arrivé de l’utiliser en groupe classe sur ardoise : il suffit de faire piocher un verbe à un des élèves et tout le monde s’y met, on corrige ensemble, puis on fait piocher un autre verbe par un autre élève, etc. Là encore le côté ludique donné par la boîte et la pioche font que ça passe bien et qu’ils sont dedans !

Fichiers à télécharger

Les fichiers sont disponibles ci-dessous. Pour la décoration de la boîte, il faut jouer du massicot pour couper à la bonne largeur. Après il suffit de fixer le début de la bande avec un morceau de scotch en haut et en bas puis de l’enrouler sur elle même. Personnellement l’impression A4 n’était pas assez longue pour couvrir la boîte en entier, j’ai donc du faire un petit patch avec une deuxième feuille… Une solution peut être d’imprimer la décoration sur du papier A3, du coup j’ai inclus dans le fichier de décoration un deuxième jeux de pages où les bandes sont plus serrées afin de compenser l’agrandissement A4 vers A3. Bon je ne suis pas très clair, vous verrez à l’usage 😉

Jeu des 7 familles du présent de l’indicatif

Le présent des verbes du troisième groupe : un grand bonheur. Certains retiennent rapidement les terminaisons en intégrant vite les similitudes et les terminaisons régulières. Pour d’autre la mémorisation nécessite plus de temps et de répétition. Afin de favoriser cette répétition pour ceux qui en ont besoin sans entraîner de lassitude pour les élèves déjà à l’aise, quoi de mieux qu’un jeu ? Voici donc un jeu des 7 familles du présent des verbes du 3ème groupe pour jouer en petit groupe (en atelier ou en autonomie une fois les règles du jeu bien intégrées).

Règles du jeu

Les règles suivent celles d’un jeu de 7 familles traditionnel pour 3 à 5 joueurs : on commence par distribuer toutes les cartes puis le premier joueur demande à un autre joueur de son choix s’il a la carte qu’il souhaite afin de compléter sa famille. Le joueur a qui on a demandé vérifie son jeu :

  • S’il a la carte, il demande à celui qui lui a demandé s’il est capable d’épeler le verbe conjugué :
    • Si oui, il lui donne la carte et le joueur qui a demandé a le droit de demander à une deuxième personne.
    • Si non, il garde sa carte et l’autre joueur devra réessayer à son prochain tour.
  • S’il n’a pas la carte, il dit « Je n’ai pas » et on passe au joueur suivant.

Dès qu’un joueur a collecté toutes les cartes d’une même famille, il dit « Famille ! », il montre les cartes et les pose devant lui sur la table. Le joueur qui a reconstitué le plus de familles gagne le jeu.

Pour demander une carte, il est obligatoire d’avoir au moins une carte de la famille concernée.

Fichier

Le fichier contient les 7 familles des verbes du 3ème groupe issues des programmes (aller, dire, venir, pouvoir, voir, vouloir, prendre aux 6 personnes).

Le fichier est disponible ci-dessous, les cartes sont à imprimer en recto-verso afin que le logo au dos de la carte empêche une triche par transparence puis à plastifier :

Jeu des 7 familles du présent – 3ème groupe.pdf

Histoire de l’art – Auguste Bartholdi – La Statue de la Liberté

Le hasard fait qu’avant les vacances je travaillais sur la Statue de la Liberté – la Liberté éclairant le monde – avec mes élèves. Nous n’avions pas terminé ce travail par manque de temps et il risque de prendre une autre dimension à la rentrée avec l’hommage à Samuel Patty. Après la Marianne de Shepard Fairey réalisée suite aux attentats de 2015 que nous avions traitée quelques semaines avant, les coïncidences sont tristement là. Evidemment que le thème n’est pas ici vraiment la liberté d’expression mais j’aime beaucoup cette idée de la Liberté qui nous éclaire. Voici donc quelques ressources, fiche artiste et fiche d’histoire de l’art pour travailler sur cette oeuvre monumentale de Bartholdi.

Je l’ai déjà dit la dernière fois mais je pense, et d’autant plus aujourd’hui, que la transmission de la culture et des arts en général est vraiment quelque chose qui peut faire une différence. Et pourtant, ce n’est pas forcément facile… Cette année par exemple avec mes élèves, je bute un peu sur le « je n’ai pas trop aimé, car je n’ai pas trop compris » qui est survenu plusieurs fois depuis le début de l’année scolaire. Comme si c’était parfois trop loin d’eux, pour qu’ils puissent comprendre et apprécier une oeuvre. Mais à force de, les « j’ai bien aimé parce que j’aime l’art » se multiplient. Comme quoi on peut passer de tout l’un à tout l’autre.

Ci-dessous les fiches pour traiter cette oeuvre en classe :

A noter que c’est une oeuvre que je traite en général en séquence avec La Liberté guidant le peuple de Delacroix, La Guerre du Douanier Rousseau et la Marianne de Shepard Fairey. Cette séquence permet de travailler la notion de symbolique et d’allégorie (et donc comprendre qu’il y a ce qu’on voit et ce que l’artiste a voulu dire).

Voici les vidéos que j’ai sélectionnées :

Vidéo d’introduction avec une base historique interessante pour situer la construction de la statue dans son contexte.
Vidéo généraliste assez synthétique mais malheureusement d’assez mauvaise qualité d’image.
Une vidéo de format plus moderne « youtube » familier aux élèves. L’intro permet d’aborder notamment le concept de pop culture (la Statue étant tellement connue qu’elle permet d’identifier immédiatement un film qui se passerait à New-York). Beaucoup de détails, on voit notamment la construction avec les plaques martelées pour leur donner forme. Un peu longue, il faudra la diffuser en plusieurs fois.

Histoire de l’art – Shepard Fairey – Liberté, égalité, fraternité

Voici quelques ressources, fiche artiste et fiche d’histoire de l’art pour travailler autour de la Marianne, Liberté, égalité, Fraternité de Shepard Fairey alias OBEY. C’est la deuxième année que j’ai l’occasion de travailler autour de cette oeuvre, qui permet dans une certaine mesure un lien avec l’enseignement moral et civique, et c’est toujours un petit succès avec les élèves. La démesure de cette fresque (plus de 25 mètres de haut) réalisée suite aux attentats de 2015, l’engagement de l’artiste et l’univers street art leur parlent vraiment.

Je crois l’avoir déjà dit ici mais je pense que la transmission de la culture et des arts en général devrait avoir une plus grande place dans nos programmes (avec le sport, les sciences et l’histoire / géographie). Je m’emballe et je crois que je suis en train de redéfinir le concept de fondamental -pardon les fondamentaux- dont on nous parle si souvent. En résumé, disons que j’aime assez la citation de Voltaire « Le superflu, chose très nécessaire ». J’essaie donc, à mon petit niveau, de transmettre aux élèves que je croise un peu de ce superflu si indispensable. Quel rapport avec l’oeuvre que je vous propose aujourd’hui ? Le travail d’un artiste engagé, qui plus est contemporain, tel que Shepard Fairey ou Liu Bolin sera plus proche du vécu des élèves et donc probablement plus accessible qu’une oeuvre plus ancienne même si celle-ci pourrait être considérée comme de portée plus ample d’un seul point de vue historique. Une porte d’entrée en quelque sorte.

Ci-dessous les fiches pour traiter cette oeuvre en classe :

A noter que c’est une oeuvre que je traite en général en séquence avec La Liberté guidant le peuple de Delacroix, La Guerre du Douanier Rousseau et La statue de la Liberté de Bartholdi. Cette séquence permet de travailler la notion de symbolique et d’allégorie (et donc comprendre qu’il y a ce qu’on voit et ce que l’artiste a voulu dire). J’essaie de vous mettre ça en ligne prochainement !

Voici les vidéos que j’ai sélectionnées : quelques vidéos d’introduction à l’artiste et à son oeuvre, une vidéo le mettant en scène en train de peindre, et un accéléré du travail sur une fresque réalisée lors du Street Art Fest Grenoble… Mes élèves ayant souvent eu l’occasion de passer devant, c’est une façon supplémentaire de rapprocher cet artiste majeur du street art de leur quotidien.

Cette vidéo d’introduction montre déjà la réalisation de la fresque qui nous intéresse. Il y est aussi évoqué l’engagement de Shepard Fairey pour l’environnement. A noter que l’introduction par Télé Matin est un peu longue avant le début du reportage à proprement parler.
Cette vidéo est proche de la précédente mais avec un versant intéressant en lien avec notre politique française puisqu’on y voit la Marianne de Fairey à l’Elysée. On y voit aussi Shepard Fairey expliquer sa démarche (ça permet aussi de faire un peu d’anglais).
On peut voir ici la technique utilisée, pochoirs et chariots élévateurs.
De façon similaire à la vidéo précédente mais le rythme est ici un peu plus soutenu, ce qui permet de comprendre la technique sur un temps plus court. Personnellement je montre les deux vidéos en zappant un peu dans la première.

En général j’essaie d’utiliser des images libres de droits mais cela s’est avéré quasi impossible dans ce cas et comme je ne suis évidemment pas propriétaire des droits d’utilisation pour toutes ces images, il s’agit d’en faire une utilisation limitée au cadre de la classe. Si des ayants droits passent par là et souhaitent que je retire ces fichiers, n’hésitez pas à m’envoyer un mail.

Histoire de l’art – Pablo Picasso – Guernica

On trouve déjà beaucoup de fiches histoire de l’art sur Guernica sur Internet… Voici ma contribution à ce grand classique ! Plutôt destinée cycle 3, avec pas mal d’informations (en tous cas pour la partie fiche / texte à proprement parler, les vidéos que je vous propose sont utilisables dès le cycle 2). Je traite justement cette oeuvre cette semaine avec les élèves de la classe dans laquelle je remplace pour les prochains mois : ils ont déjà bien intégré que Picasso était enfant précoce, période bleue, période rose et cubisme. Passé l’étrangeté cubiste, ils sont vraiment dedans !

Ci-dessous les fiches pour traiter cette oeuvre en classe. Vu le format inhabituel de Guernica, une impression de l’oeuvre au format A3 ne permet pas vraiment une exploitation confortable. J’ai donc découpé le tableau en deux, il suffit d’imprimer chacune des parties en A3, de les plastifier et de jouer du scotch au dos pour avoir quelque chose d’exploitable (et pliable, ce qui permet de ranger avec le reste des oeuvres dans une simple pochette A3 !).

Je crois vous l’avoir déjà dit mais pour l’histoire de l’art, je préfère faire 10 minutes quatre fois dans la semaine qu’une grosse séance. On va dire que c’est une sorte de rituel qui permet vraiment à l’usage de constater que les élèves mémorisent et renforcent (ou créent pour certains) leur culture artistique. Plus de détails sur la façon de procéder ici.

Je vous avais parlé des doutes sur la frise historique… Je n’arrive toujours pas à me décider entre une frise dédiée époque contemporaine (allez jeter un oeil sur la fiche de Liu Bolin) et une frise qui conserve la préhistoire, l’antiquité et autres temps modernes pour quelque chose si proche de nous. Je veux bien vos retours sur le sujet !

Voici les vidéos que j’ai sélectionnées : quelques vidéos d’introduction à l’artiste et à son oeuvre, une vidéo le mettant en scène en train de peindre, une analyse détaillée de Guernica et des vidéos de type top 10 pour faire un petit jeu période bleue, période rose ou cubisme ?

Vidéo d’introduction (bien que je trouve le rythme un peu lent, du coup j’ai tendance à couper, à poser des questions pour dynamiser un peu). J’avais trouvé une vidéo d’un jour une question dédiée à Picasso mais je n’arrive plus à remettre la main sur la version en ligne (et pour le coup, là le rythme était à l’inverse trop soutenu).
J’aime beaucoup l’introduction avec M. Le Bon qui nous dit « bienvenue chez vous », ça a permis d’échanger avec les élèves sur la notion de patrimoine. Une autre phrase importante (aux alentours de 3:30) est « j’ai passé toute ma vie à apprendre à dessiner comme un enfant ».
Après avoir regardé les vidéos précédentes, on n’apprend pas forcément de nouvelles choses mais c’est un travail réalisé par des CM2, ce qui permet aux élèves de se projeter dans le « à notre âge, on peut faire ça ?! » que je trouve important… Et pourquoi pas monter un projet tel que celui-ci en classe ?
La vidéo est de mauvaise qualité mais voir le maître travailler et, comme par magie, nous faire une colombe en quelques traits à quand même quelque chose d’incroyable.
C’est LA vidéo à regarder pour comprendre Guernica.
Une vidéo avec 10 oeuvres majeures. Pour jouer au période bleue, période rose ou cubisme ?
Même chose, pour jouer au période bleue, période rose ou cubisme ?

En général j’essaie d’utiliser des images libres de droits mais cela s’est avéré quasi impossible dans ce cas et comme je ne suis évidemment pas propriétaire des droits d’utilisation pour toutes ces images, il s’agit d’en faire une utilisation limitée au cadre de la classe. Si des ayants droits passent par là et souhaitent que je retire ces fichiers, n’hésitez pas à m’envoyer un mail.

Calcul mental CM1 CM2 – Fichier enseignant, fichier élève projetable et autres ressources

Un gros morceau pour moi cette année : le calcul mental ! J’ai attaqué l’année avec les fichiers de calcul mental CM de Cenicienta qui m’ont bien sauvé la mise en début d’année quand on m’a annoncé le remplacement à l’année la veille de la rentrée mais l’absence de distinction CM1 / CM2 m’a rapidement posé problème : mes CM2 finissaient en deux secondes quand il fallait plus de temps à mes CM1. J’ai donc bûché sur un fichier de calcul mental qui aborde les mêmes notions mais sur deux niveaux de difficulté différents.

Dans l’idée, je commence par un petit temps en commun où je présente la notion abordée et la une technique de calcul. J’affiche ensuite sur le TBI un double écran (en fait c’est mon fichier pdf qui est séparé en deux, pas de manip compliquée à faire) avec d’un côté les calculs à faire sur cahier pour les CM1 ou les CM2 (on alterne un jour sur deux) qui seront donc en autonomie et un côté vierge qui me permet de travailler avec l’autre groupe.

Pour le deuxième groupe qui travaille donc sur ardoise, j’utilise le fichier de calcul mental enseignant que vous pouvez-voir sur la photo ci-dessus. Cette partie de tableau vierge me sert à expliciter les procédures, écrire les calculs demandés (même si c’est du calcul mental le fait de visualiser les nombres écrits permet de diminuer la charge cognitive de mémorisation court terme pour favoriser la procédure de calcul), faire passer un élève du groupe avec lequel je suis, etc.

A noter que ce fichier à projeter inclus aussi des compte est bon qui, outre les bénéfices habituels détaillés dans l’article, permettent aussi aux élèves plus rapides de pouvoir enchaîner directement. Quand vient le moment de corriger, et comparer les procédures des élèves, nous pouvons utiliser la partie vierge du tableau.

Pour préciser encore, ici il n’est question que de calcul mental / rapide dans l’idée d’appréhender les différentes techniques de manipulation des nombres pour pouvoir traiter une opération avec la technique qui nous convient le mieux (multiplier par 5 c’est pareil que multiplier par 10 et prendre la moitié ; enlever 9 c’est comme enlever 10 et redonner 1 ; multiplier par 11 c’est multiplier par 10 et ajouter encore une fois le nombre ; etc.). Je n’ai donc pas inclus de dictées de nombres, de décomposition sur les grands nombres ou les nombres décimaux qui seront donc à faire par ailleurs ; avec les collègues (coucou les filles) nous avions fait un rituel à part pour ces problématiques.

Ci-dessous les liens pour télécharger les fichiers (période par période, j’ajouterai un fichier global dans quelques temps). Personnellement j’imprime les fichiers enseignant que je glisse dans le même porte-vues que celui où j’ai mis les compte est bon, avec des post-it en guise de marque-page.

Note : Je vous mets aussi les liens vers les quelques ressources (vidéos et présentations) que j’ai bricolées en plus pour la classe à la maison pour les périodes 4 et 5.

Période Fichiers et ressources
P1Calcul mental CM1/CM2 – P1 – fichier enseignant.pdf
Calcul mental CM1/CM2 – P1 – TBI.pdf
P2Calcul mental CM1/CM2 – P2 – fichier enseignant.pdf
Calcul mental CM1/CM2 – P2 – TBI.pdf
P3Calcul mental CM1/CM2 – P3 – fichier enseignant.pdf
Calcul mental CM1/CM2 – P3 – TBI.pdf
P4Calcul mental CM1/CM2 – P4 – fichier enseignant.pdf
Calcul mental CM1/CM2 – P4 – TBI.pdf
P5Calcul mental CM1/CM2 – P5 – fichier enseignant.pdf
Calcul mental CM1/CM2 – P5 – TBI.pdf

Pour la classe à la maison, vous trouverez presque la totalité des séances de la période 4 sur ma chaîne youtube.

Pour la période 5, pour anticiper le manque de temps (classe en présentiel et classe à la maison), je suis parti sur des diaporamas consultables en ligne que vous pouvez aussi télécharger au format powerpoint. Pour la classe à la maison, j’envoie les liens aux familles chaque semaine. C’est nettement moins fourni au niveau des explications que l’on peut passer (diaporama oblige) mais ça a le mérite d’être plus concis. Autre point, je n’ai pas fait de distinguo CM1/CM2 (ce qui est un comble en regard du début de l’article mais à la maison on n’a pas à gérer le groupe donc chacun peut aller à sa vitesse sans que cela soit un soucis). Un exemple de diaporama de calcul mental ci-dessous.

Vous les trouverez dans mon drive. Je vous invite à utiliser plutôt la version consultable en ligne car en téléchargeant le powerpoint vous pouvez avoir des problèmes d’affichage si il vous manque des polices. Il suffit d’ouvrir le diaporama et de cliquer sur le bouton « Lire » en haut à droite. Pour les partager avec les familles, il vous suffit d’ouvrir le diaporama et de copier-coller l’adresse.

Comme d’habitude, je suis preneur des retours sur d’éventuelles erreurs dans les fichiers et de vos remarques après usage en classe (notamment savoir si la difficulté CM1/CM2 vous paraît bien réglée – j’ai cette année un très bon groupe de CM2 donc je me suis peut être un peu emballé -, et si un fichier élève vous semble utile).

Note du 27.08.2020 : Je viens d’ajouter les fichiers pour les périodes 1 et 2. J’ai fait une légère modification sur les fichiers de la période 3, pensez à utiliser cette dernière version.

Histoire de l’art – Les mandalas de sable tibétains

Aujourd’hui, on parle de quelque chose que les élèves connaissent depuis la maternelle et que pourtant ils ne connaissent pas : les mandalas. En effet, à l’école, on le pratique régulièrement, souvent dans un moment récréatif ou occupationnel (encore qu’en maternelle le coloriage et le développement de la chaîne motrice soit un travail à part entière mais je m’égare) et en général à la demande des élèves mais on ne fait pas toujours le lien avec les origines de cet art. Voici quelques ressources (fiche histoire de l’art et vidéos documentaires ainsi qu’un petit défi en arts visuels) pour travailler sur cette thématique.

Comme je le disais en introduction, ce travail sur les mandalas a été l’occasion de faire un petit défi arts visuels, à la maison confinement oblige, pour s’éloigner de la pratique coloriage et se rapprocher du côté éphémère de la pratique spirituelle tibétaine. Je leur ai proposé de faire un mandala végétal, gourmand ou avec des objets de la maison. Voici quelques réalisations d’enfants d’un peu tous les âges (mes élèves et les enfants d’une collègue – coucou Lo !).

Si j’avais pu mener ce projet avec eux à l’école, j’aurais joué sur la taille des mandalas en cherchant à faire du très grand, ils ont tous été très raisonnables dans les tailles de leurs réalisations et je pense que c’est entre autres liés à l’habitude des mandalas-coloriages en format A4. A noter que, pour les mandalas végétaux, on s’approche du land art… un possible travail de prolongement. Un autre prolongement pourrait être le street art pour son côté éphémère dans un environnement urbain.

En classe, ce travail aurait aussi pu être l’occasion de parler géographie en situant le Tibet et l’Inde sur la carte, voir de faire un peu de géopolitique avec les plus grands en évoquant rapidement l’histoire récente du Tibet, pays qui n’en est plus un. Bref, il y a de quoi faire.

Voici les fichiers et ressources pour travailler sur le thème des mandalas de sables tibétains. Le fichier supports inclus une série de photos exemples de la réalisation d’un mandala de sable ainsi que différents détails issus de fresques. Pour afficher dans la classe, on pourra choisir l’un des fichiers supports pour l’imprimer auquel on pourra joindre la fiche pays :

Les vidéos que j’ai sélectionnées :

Attention, cette vidéo est en langue étrangère (tibétain ? mandarin ?) ; c’est l’occasion d’écouter autre chose, de ne pas comprendre et pourtant d’arriver à comprendre des choses !
Dans cette vidéo, on peut voir que certains moines portent des masques pour éviter de faire bouger le sable avec leur respiration.
Un petit extrait de Faut pas rêver, pour avoir quelques explications.

Cahier d’écriture cursive GS CP – Les mois de l’année

En lien avec les fiches d’écriture des jours de la semaine sur lignage feu / terre / herbe / ciel, voici des fiches d’écriture pour les mois de l’année. Comme pour les autres fichiers, vous pouvez les utiliser tels que ou les glisser dans des pochettes plastiques pour utilisation avec des feutres effaçables. Je préfère cette deuxième solution qui permet de s’entraîner plusieurs fois avant de passer à une trace « définitive » avec crayon ou stylo. Le fichier est pour l’instant partiel, avec les mois de mai, juin, juillet et août uniquement, la suite à venir…

Note : En général, je ne partage que des documents terminés mais j’ai reçu une demande pendant les vacances et le fait est que j’ai pas mal de choses qui traînent dans mon ordinateur, attendant une petite mise au propre avant partage… au risque de n’être jamais partagées (d’autant que depuis deux ans je suis à fond cycle 3). Du coup, je partage ces fiches presque en l’état en espérant qu’elles pourront aider d’ici à la fin de cette année étrange.

Pour ces fiches sur les mois de l’année j’ai choisis une illustration en rapport avec les coloriages des mois afin de les rendre plus facilement identifiables aux élèves.

Pour la coupure des mots, sur ces quelques fiches j’ai utilisé une approche lettre à lettre mais elle ne me convient qu’à moitié car l’idée d’écrire en « attaché » est justement d’amener les élèves à écrire plusieurs lettres d’un coup. Ici la coupure à chaque levée de crayon que j’ai utilisée pour les jours de la semaine ne fonctionne que moyennement car un mot comme juillet ne nécessite aucune levée de crayon avant la fin si on ajoute les points sur j, i et la barre sur le t en une fois. Pour autant il parait difficile d’apprendre à écrire le mot en entier en écrivant directement le mot en entier ! Du coup, pour l’instant c’est en lettre à lettre mais je vais sûrement modifier ça pour faire des groupements de 2/3 lettres. Ça sera particulièrement vrai pour les mois en « bre » où il me semble important de répéter cette graphie sur trois lettres qu’on retrouve plusieurs fois. A suivre donc, mais je veux bien vos avis en commentaires !

A noter, comme je l’avais dit dans mon article sur les fiches d’écriture de bonne fête qu’il faut ajouter un modèle supplémentaire au dessus, ou à côté pour les élèves gauchers.

Le fichier est disponible ici : cahier d’écriture cursive – mois de l’année.pdf

Histoire de l’art – Liu Bolin – Déchets marins

Cette semaine, je vous propose de travailler sur un artiste contemporain : Liu Bolin. Surnommé l’homme invisible, cet artiste se camoufle dans ses photos pour « mieux se faire remarquer ». Artiste engagé, il porte une attention particulière aux problèmes sociaux et environnementaux de notre époque. Je n’ai aucun doute sur le fait que cet artiste va beaucoup parler aux élèves. J’ai retenu la performance Déchets marins, réalisée en juin 2017 pour la Surfrider Foundation.

Liu Bolin, Marine Litter – 2017

Ci-dessous les fiches pour traiter cette oeuvre en classe (à la maison ou en vrai). Pour cette troisième semaine d’école à la maison, j’envoie à mes élèves les liens vidéos et la fiche d’histoire de l’art pour lecture. Plus de détails sur la façon de procéder ici.

En classe, j’aurais bien tenté un travail en arts visuels autour de l’oeuvre de Liu Bolin mais là, je pense leur proposer un petit défi camouflage en fin de semaine !

A noter que j’ai modifié ma frise historique. En effet, je trouvais qu’elle prenait trop de place et je ne voyais pas trop l’intérêt de conserver de la préhistoire, l’antiquité et autres temps modernes pour quelque chose si proche de nous. J’ai donc prévu pour les oeuvres de la période contemporaine d’avoir une frise centrée sur les inventions (le train, le vélo, l’avion…) ; pour les oeuvres des autres périodes, je prendrais la frise incluant les grandes périodes. Ceci dit, je ne suis pas encore totalement satisfait de cette frise qui, je trouve, prend beaucoup de place… à suivre donc.

Voici les vidéos que j’ai sélectionnées : trois vidéos d’introduction à l’artiste, un time-lapse de l’oeuvre qui nous intéresse et un envers-du-décor avec JR.

Dix choses à savoir sur Liu Bolin.
Time-Lapse de la performance Marine Litter.
L’envers du décor lors d’une performance avec JR lorsque ce dernier a caché la pyramide du Louvre.

En général j’essaie d’utiliser des images libres de droits mais cela s’est avéré quasi impossible dans ce cas et comme je ne suis évidemment pas propriétaire des droits d’utilisation pour toutes ces images, il s’agit d’en faire une utilisation limitée au cadre de la classe. Si des ayants droits passent par là et souhaitent que je retire ces fichiers, n’hésitez pas à m’envoyer un mail.

Histoire de l’art – Albert Uderzo et René Goscinny – Astérix

La semaine dernière Uderzo, dessinateur d’Astérix, nous a quitté. C’est l’occasion de revenir sur cette oeuvre majeure du neuvième art que les élèves connaissent sans pour autant avoir une idée de la longévité de cette série ou des auteurs qui se trouvent derrière. Dans le cas d’Astérix, même si le côté artistique voudrait qu’on s’intéresse surtout au dessinateur, il me semble que le duo Uderzo / Goscinny est indissociable. J’ai donc préparé trois fiches artistes : une pour Uderzo, une pour Goscinny et une pour le duo. A vous de choisir celle que vous voulez utiliser en classe.

Ci-dessous les fichiers pour traiter Astérix. Le fichier oeuvre inclus quelques planches issues de différents albums (plus de détails ici) :

Il faudra que je fasse un billet à part pour présenter ma façon de travailler en histoire de l’art mais il y a déjà quelques détails dans mon article consacré à Vasarely. Dans l’idée, je travaille un peu tous les jours (présentation de l’oeuvre ou d’une partie de l’oeuvre, introduction de l’artiste, vidéos documentaires, fiche histoire de l’art).

Ci-dessous les vidéos que j’ai sélectionnées :

Extrait d’un journal de 2017. Uderzo revient sur ce qui l’a mené au dessin (Disney) et plus tard à Astérix (la volonté de créer un nouveau magazine). Cette vidéo constitue une bonne introduction.
Extrait d’un journal de 2013 pour une rencontre avec Uderzo au moment où Conrad et Ferri reprennent la série. On y parle de la présence des caricatures, de son travail avec Goscinny. Même si cette vidéo est antérieure à l’autre, il me semble plus adapté de la regarder après.
Goscinny et Uderzo reviennent sur la naissance d’Astérix, son contexte et leurs idées.
L’artiste au travail.
Uderzo explique qu’Astérix, ce n’est que des ronds et des ovales. Cette vidéo constitue une deuxième occasion de voir Uderzo au dessin.

En général j’essaie d’utiliser des images libres de droits mais cela s’est avéré quasi impossible dans ce cas et comme je ne suis évidemment pas propriétaire des droits d’utilisation pour toutes ces images, il s’agit d’en faire une utilisation limitée au cadre de la classe. Si des ayants droits passent par là et souhaitent que je retire ces fichiers, n’hésitez pas à m’envoyer un mail.