Tous les articles par maître francois

Correspondance capitales / minuscules script sur les mots de Noël

Pour travailler la correspondance lettres capitales bâtons / écriture minuscule script en grande section, je vous propose ces fiches autour des mots de Noël. Je vous avais déjà partagé un travail similaire autour des mots du cirque mais à cinq semaines de Noël, c’est le moment ou jamais.

correspondance majuscules script - mots de noel

En travail préliminaire, il faut faire prendre conscience aux enfants de l’existence des trois systèmes d’écriture : le système en lettres bâtons, les capitales d’imprimerie, que l’on retrouve autour de nous sur les affiches, les noms des rues, les gros titres des journaux ou de la publicité ; le système script minuscule, omniprésent sur nos écrans, nos livres, et souvent mêlé au premier (une amie -coucou Soph- me disait n’avoir croisé que des panneaux en script minuscule sur son trajet pour aller à l’école quand j’avais passé mon trajet à ne voir que des capitales) ; l’écriture cursive principalement liée à l’écriture manuelle. On pourrait presque dire de ce dernier système que c’est l’écriture de l’école (j’y reviendrai à l’occasion, je vous avais parlé vite fait de mes « recherches » -pensées en cours serait plus juste- sur les lettres rugueuses de Maria Montessori dans cet article).

Avant de s’entraîner sur la correspondance capitales / minuscules script, nous avions observé l’alphabet pour essayer de repérer quels lettres se ressemblaient beaucoup dans les deux écritures. Nous avions repéré les lettres c, i, j, k, o, p, s, u, v, w, x, z. Nous avions aussi repéré que certaines lettres sont en miroir (b/d, p/q) et qu’il faut faire attention à ces lettres pièges. Nous avions ensuite construit un affichage avec les lettres similaires mises en avant pour « qu’on les retrouve facilement ».

Ce travail sur les mots de Noël n’intervient donc que dans un deuxième temps, pour se familiariser et s’entraîner. On utilise des lettres en plastique à poser sur une réglette. A noter qu’il faut faire attention à ne pas mettre trop de lettres dans la barquette de tri afin que l’opération de recherche d’une lettre ne prenne pas un temps excessif. Un premier tri est à effectuer par l’enseignant (on pourra supprimer tout ou partie des lettres inutiles).

Les fichiers sont disponibles ici :

correspondance capitales minuscules script - mots Noël - cahier de progrès correspondance capitales minuscules script – mots Noël – cahier de progrès.pdf
correspondance capitales minuscules script - mots Noël - fiches correspondance capitales minuscules script – mots Noël – fiches.pdf

Les fiches sont à imprimer en recto/verso, à massicoter au milieu et à plastifier.

Pour la suite, je vous copie-colle ce que j’avais écrit il y a deux ans…

Pour qu’ils puissent travailler en autonomie, les fiches sont recto-verso avec la solution au dos. Pour s’aider, ils peuvent utiliser l’alphabet trois écritures affiché au tableau, le tableau des lettres que nous avons construit ensemble et… ils peuvent « tricher » (je n’utilise pas ce terme avec mes élèves) i.e. ils ont le droit de retourner la carte pour s’aider de la solution. Ils utilisent un « cahier de progrès » pour marquer leur avancement en tamponnant les mots qu’ils ont déjà fait. Cela leur permet de choisir sur quels mots ils vont travailler et à quel rythme.

De manière générale sur les ateliers avec « cahier de progrès » (sachant que « fiche contrat » serait un terme plus adapté dans la mesure où cette fiche ne marque pas un progrès mais une progression, mais bon, le propos n’est pas là), je constate que :

  • L’élève choisi dans quel ordre il va travailler. Un élève peut préférer travailler sur un mot qui nous paraît complexe car le mot lui « parle », et s’y donner plus à fond.
  • L’élève visualise la quantité de travail à fournir pour arriver au bout de l’atelier (qui sera proposé plusieurs fois). J’observe régulièrement des élèves qui, proches de la fin, mettent un coup en plus « pour terminer ».
  • L’utilisation de matériel en manipulation évite les photocopies et les manutentions hasardeuses de découpage / collage de puzzle de lettres par les élèves qui peuvent se retrouver, par exemple, à avoir collé une lettre à l’envers et se sentir coincés même s’ils ont vu leurs erreurs.
  • Sur le plan organisation de la classe, cela permet d’avoir un atelier qui va s’étaler sur plusieurs jours, éventuellement plusieurs semaines suivant ce qui y est fait.

Sur le plan négatif :

  • Certains élèves vont avoir fini tout les mots en une séance quand il en faudra quatre ou cinq pour d’autres qui, soit travaillent lentement, soit s’arrêtent dès qu’ils ont fait un mot (et s’en contentent parfaitement). Il faut donc avoir des ateliers d’avance pour les élèves qui ont terminé et arriver à dégager du temps pour aider les élèves qui avancent moins vite sur un atelier qui devrait être en autonomie.
  • Certains élèves grugent et tamponnent plus de mots qu’ils n’en font réellement. Ils ne sont en général pas très discrets et viennent me voir au bout de deux minutes : « Maître j’ai fini ! »
Publicités

Fresque à la manière de Keith Haring

Cela fait des mois -si ce n’est des années- que je veux partager cet article et ne prends pas le temps de m’y mettre. Le hasard fait que dans la même semaine mon téléphone m’a affiché un souvenir il y a trois ans aujourd’hui avec une photo de la fresque à la manière de Keith Haring que j’avais faite avec mes élèves de MS GS l’année de mon arrivée sur ma nouvelle école de rattachement et que je me suis retrouvé à remplacer en CE2 avec les élèves en question. Bref, je profite de ce coup de vieux pour vous partager enfin ce travail autour du portrait en pied : Fresque à la manière de Keith Haring.

A la manière de Keith Haring - Portrait en pied

La production de Haring est très riche, je vous invite à consulter une partie de son oeuvre sur ce site classée par année. A noter que toute l’oeuvre de Haring n’est pas adaptée à un jeune public, enfin pas sans explications ; artiste engagé, il a produit beaucoup d’oeuvres pour dénoncer, en vrac, l’homophobie, le risque atomique, la dégradation de l’environnement, la domination de l’homme blanc, l’épidémie de SIDA, etc.

Pour cette fresque, j’ai utilisé une oeuvre sans titre de 1987 (Dance) qui présente les caractéristiques « classiques » de son oeuvre : couleurs en aplats, contours marqués, personnages silhouettes.

Keith Haring - 1987 - Sans titre (dance)

Dans un premier temps, nous avons observé l’œuvre de Haring : ce qu’on voit (des personnages), ce qu’ils font (ils sautent, ils dansent, ils bougent), pourquoi on peut dire qu’ils sont en train de bouger (parce qu’il y a des petits traits qui représentent le mouvement). Nous sommes revenus plusieurs fois sur cette notion de mouvement en dessin avec des représentations bouge / ne bouge pas au tableau (une voiture, un avion, un bonhomme, etc. dessinés à la craie). Nous avons ensuite observé les couleurs (fond jaune, sol vert, contours en noir, couleurs en aplat i.e. une seul couleur par personnage, rouge, bleu, vert, rose, orange, etc.).

Keith Haring bonhomme how to

Dans en deuxième temps j’ai montré aux élèves une photo de Haring en situation et leur ai proposé de réaliser une fresque à sa manière pour décorer le couloir de l’école.

Matériel :

  • Rouleau de papier ou tapisserie (on utilise le dos du papier) de grande longueur.
  • De quoi maintenir le rouleau en place verticalement. Personnellement je l’avais posé sur une petite table et ce n’était pas idéal. A refaire, j’emmancherai mon rouleau sur un balai pour pouvoir le dérouler facilement.
  • Des aimants (en grande quantité).
  • Crayons à papier.
  • Pinceaux brosse large.
  • Peinture gouache dans des teintes variées pour les personnages (rouge, bleu, vert, orange, rose).
  • Encre de chine pour les contours des personnages et les traits de mouvement.
  • Peinture gouache jaune pour le fond.
  • Éponges.

Réalisation (cliquez sur les images pour les voir en grand) :

La mise en place, au moins pour la première fois, nécessite un peu d’attention ; pas qu’elle soit vraiment compliquée mais il faut faire attention que tout soit bien calé pour ne pas avoir une chute de papier impromptue : mettre en place le rouleau de papier d’un côté du tableau, dérouler une bande de papier sur toute la longueur du tableau et commencer à enrouler de l’autre côté. Maintenir la bande de papier en place avec des aimants positionnés régulièrement. On peut envisager de travailler par bandes de papier coupées à chaque fois sur la largeur du tableau pour ne pas avoir à enrouler/dérouler mais on perd un peu l’idée de la fresque d’un seul tenant.

J’ai eu besoin de mettre des bancs sous le tableau pour que les élèves soient à hauteur.

Portrait à la manière de Keith Haring - 01 Suivant la largeur du tableau, prévoir un groupe de quatre à cinq enfants qui vont travailler en même temps.

Par deux, les élève tracent leur silhouette au crayon à papier. Insister sur la position des bras – pas le long du corps, avec des « pliures ». Un travail préalable sur le tracé de contour d’objets de petits formats est à envisager au préalable. Veiller aussi à ce que les enfants ne soient pas trop serrés… le risque étant que les contours se touchent lors du passage à l’encre de chine.

A noter que, contrairement à l’oeuvre de Haring, mon rouleau n’était pas assez grand pour permettre la présence des jambes ; on est donc sur un portrait en pieds coupés. 🙂

Portrait à la manière de Keith Haring - 02 Ensuite, on trace un premier contour en repassant sur le trait au crayon avec de la gouache et un pinceau large. Ce contour a pour seul but d’éviter de dépasser lors de la mise en peinture.

On garde la même peinture et on remplit son contour.

Je donne à chaque élève une barquette ou un pot de yaourt plein de la couleur qu’il a choisi. Cette opération est relativement gourmande en peinture, il faut prévoir de remplir suffisamment les pots.

Portrait à la manière de Keith Haring - 03 Une fois la gouache sèche, ce qui est normalement assez rapide pour peu que nos peintres n’aient pas abusé sur la couche de peinture, on peut faire le contour à l’encre de chine avec un pinceau large.

On n’oublie pas de rajouter les traits de mouvement. Pour donner l’impression que « ça bouge ».

Attention à bien doser la quantité d’encre dans le pinceau, frotter le pinceau sur le bord du pot d’encre pour enlever le plus gros, afin d’éviter les coulures.

Portrait à la manière de Keith Haring - 04 Une fois que le groupe a terminé, on travaille à l’éponge et à la gouache jaune pour faire le fond. Pas de risque de salir l’encre de chine avec la gouache ; une fois sèche (quelques minutes), l’encre de chine ne bouge plus. Attention toutefois à travailler en tamponnant et à ne pas trop charger l’éponge. L’idée ici n’est pas d’étaler la peinture mais de venir faire une empreinte d’éponge pour apporter un peu de texture. Il peut rester un peu de blanc de papier entre les empreintes d’éponge.

A noter que la photo n’est pas exactement celle-ci vu que le fond du groupe précédent est terminé et que c’est une autre élève qui s’occupe de sa silhouette mais je n’ai pas fait de photo dédiée pour cette partie du travail.

Quand le fond est sec, enrouler d’un côté, dérouler de l’autre pour préparer une nouvelle zone de travail. Attention à replacer les aimants avant de lancer un nouveau groupe et à faire que les fonds jaunes se touchent.

Ne reste plus qu’à agrafer ça dans le couloir avec l’agrafeuse murale (merci So pour le prêt !) ; une aide est bienvenue – un qui déroule, un qui agrafe. Attention à rester bien droit, avec des longueurs pareilles, ça ne pardonne pas (notre fresque devait faire sa bonne dizaine de mètres).

A la manière de Keith Haring - Portrait en pied2

A la manière de Keith Haring - Portrait en pied - panoramique

Écrire en pâte à modeler les mots de Noël

Après les fiches d’écriture des mots de la classe, toujours dans l’idée de l’apprentissage de la forme et des caractéristiques des lettres en travaillant en pâte à modeler, je vous partage les fiches d’écriture en pâte à modeler des mots de Noël : neige, sapin, feu, lutin, noël, étoile, boule, bougie, cadeau, lettre et flocon. Fiches à imprimer et plastifier avant de travailler directement dessus à la pâte à modeler.

écrire en pâte à modeler - mots de noël

La première fois, j’avais amené ce travail auprès de mes élèves de moyenne section lors d’une séance d’introduction où je leur avais demandé de me lister ce à quoi ils pensaient quand ils pensaient à Noël. J’avais ensuite fabriqué les fiches que je partage ici. Cette première séance n’a pas un intérêt démesuré mais elle permet aux élèves de s’approprier les séances de travail sur les lettres qui sont faites ensuite. Les années suivantes, j’ai conservé la première séance de construction de liste sans refaire mes fiches d’écriture, les enfants listant peu ou prou les mêmes choses, les quelques mots d’écart n’ont pas eu grande importance.

Comme pour le travail sur les mots de la classe, et pour celles et ceux qui ne les auraient pas lues, je vous remets les quelques réflexions sur l’écriture en pâte à modeler… réflexions que j’enrichirais à l’occasion, je suis en train de regarder du côté des lettres rugueuses de Maria Montessori et ça amène son lot de choses à penser, repenser, discuter.

L’écriture en pâte à modeler permet de toucher physiquement la lettre. Elle amène l’élève à se rendre compte que, par exemple, pour faire un A il faut fabriquer trois colombins alors que pour le U il faut un fabriquer un seul, beaucoup plus long, que l’on va devoir tordre pour l’arrondir. L’élève prend ainsi conscience, petit à petit, des caractéristiques des lettres… conscience qu’il me parait intéressant -si ce n’est obligatoire- de formaliser par des questions du type « comment as-tu fait ? » et autres « explique-moi ».

A l’usage, il faut s’assurer lors des premières séances que les élèves travaillent bien dans la case en dessous de la lettre et non pas sur la lettre. Dans le même genre certains, sans doute pas encore assez familiers avec la fabrication de colombins, travaillent par petits bouts de pâte à modeler déposés pour recouvrir le modèle. On pourra indiquer qu’il faut travailler dans la case du bas pour mieux voir le modèle.

Pour lier avec la notion d’écriture, il faut aussi veiller à ce que les élèves respectent le sens conventionnel de l’écriture gauche-droite. Pour faciliter cet apprentissage, j’ai inclus cette année le même système de feux verts -> feux rouges que dans les fiches d’écriture des plus grands afin que les enfants disposent d’un repère visuel pour démarrer.

Pour cet atelier j’utilise un cahier de progrès qui permet à l’élève de consigner sa réussite et suivre son avancement, via le tampon dateur, en tamponnant dans la bonne case ou par un système de points verts classiques. Enfin, pour donner vision aux parents et mettre en avant les réussites (ça peut aussi en motiver certains), j’utilise le mur des bravos.

Les fichiers sont disponibles ici :

écrire en pâte à modeler - mots de noël - cahier de progrès écrire en pâte à modeler – mots de noël – cahier de progrès.pdf
écrire en pâte à modeler - mots de noël - fiches écrire en pâte à modeler – mots de noël – fiches.pdf

Écrire en pâte à modeler les mots de la classe

Avec les élèves de moyenne section, en première approche de l’écriture j’aime bien travailler sur l’écriture en pâte à modeler. Je vous partage les fiches d’écriture des mots de la classe en premier car en ce (encore) début d’année, cela peut faire sens de travailler sur cette thématique, notamment en lien avec le rangement du matériel.

écrire en pate à modeler - les mots de la classe

L’écriture en pâte à modeler permet de toucher physiquement la lettre. Elle amène l’élève à se rendre compte que, par exemple, pour faire un A il faut fabriquer trois colombins alors que pour le U il faut un fabriquer un seul, beaucoup plus long, que l’on va devoir tordre pour l’arrondir. L’élève prend ainsi conscience, petit à petit, des caractéristiques des lettres… conscience qu’il me parait intéressant -si ce n’est obligatoire- de formaliser par des questions du type « comment as-tu fait ? » et autres « explique-moi ».

A l’usage, il faut s’assurer lors des premières séances que les élèves travaillent bien dans la case en dessous de la lettre et non pas sur la lettre. Dans le même genre certains, sans doute pas encore assez familiers avec la fabrication de colombins, travaillent par petits bouts de pâte à modeler déposés pour recouvrir le modèle. On pourra indiquer qu’il faut travailler dans la case du bas pour mieux voir le modèle.

Pour lier avec la notion d’écriture, il faut aussi veiller à ce que les élèves respectent le sens conventionnel de l’écriture gauche-droite. Pour faciliter cet apprentissage, j’ai inclus cette année le même système de feux verts -> feux rouges que dans les fiches d’écriture des plus grands afin que les enfants disposent d’un repère visuel pour démarrer.

Pour cet atelier j’utilise un cahier de progrès qui permet à l’élève de consigner sa réussite et suivre son avancement, via le tampon dateur, en tamponnant dans la bonne case ou par un système de points verts classiques. Enfin, pour donner vision aux parents et mettre en avant les réussites (ça peut aussi en motiver certains), j’utilise le mur des bravos.

Les fichiers sont disponibles ici :

écrire en pâte à modeler - mots de la classe - cahier de progrès écrire en pâte à modeler – mots de la classe – cahier de progrès.pdf
écrire en pâte à modeler - mots de la classe - fiches écrire en pâte à modeler – mots de la classe – fiches.pdf

 

Cahier d’écriture cursive GS CP – Les jours de la semaine

Pour faire suite à mon article sur l’écriture cursive sur lignage feu / terre / herbe / ciel, voici des fiches pour l’écriture en cursive des jours de la semaine sur lignage feu / terre / herbe / ciel. Au départ j’avais créé ces fiches car nous avions eu besoin d’écrire les jours de la semaine en attaché pour la fabrication d’un livre à compter à la manière de la chenille qui fait des trous avec mes élèves de GS. A l’époque j’avais un peu bricolé pour qu’ils puissent travailler sur ardoise au feutre effaçable avant de faire ces fiches pour qu’ils puissent s’entraîner sur pochette plastique de manière plus autonome avant, éventuellement, de faire la fiche au crayon pour la mettre dans leur cahier d’écriture (en toute fin d’année pour les GS).

cahier d'écriture cursive - jours de la semaine

Pour ces fiches sur les jours de la semaine j’ai :

  • Inclus une illustration sur base de train, le train de la semaine qu’on trouve dans beaucoup de classes, même si je ne suis pas fan de cette représentation qui supprime le caractère cyclique de l’organisation du temps. Mais comme l’objet n’est pas ici de construire les repères temporels, on ne va pas chipoter… ou alors pas trop. 🙂
  • Coupé les mots à chaque levée de crayon et donc pas toujours en suivant les syllabes. Ceci dans le but de donner l’habitude d’un arrêt après un groupe de lettre donné et donc d’éviter les lettres rondes tournées à l’envers.
  • Fléché le sens de rotation des lettres rondes.

A noter, comme je l’avais dit dans mon article sur les fiches d’écriture de bonne fête qu’il faut ajouter un modèle supplémentaire au dessus, ou à côté pour les élèves gauchers.

Le fichier est disponible ici : cahier d’écriture cursive – jours de la semaine.pdf

 

Bonne rentrée à tous !

Je m’aperçois, en reprenant le clavier ici que je n’ai rien publié depuis bien longtemps. J’en ai limite oublié mon mot de passe 🙂 Je reviendrai à l’occasion sur les expériences de mes derniers remplacements, la raison de mon absence prolongée, il y a à dire sur nos enfants, notre école et notre société. Je ne m’étends pas plus pour l’instant, on verra si j’arrive à synthétiser quelque chose qui ait du sens sans taper dans la démagogie et sans enfoncer des portes ouvertes. Bref, à suivre.

D’ici là, je vous souhaite une très bonne rentrée et, surtout, une très belle année ! Des projets motivants, des progrès pour vos élèves, des échanges entre collègues, des nouveautés, des fous rires, des tasses de café et aussi… du temps pour vous. A bientôt !

Débuter en écriture cursive sur lignage feu / terre / herbe / ciel

Il y a deux ans lors d’une réunion cycle 1 / cycle 2, des collègues nous avaient parlé du lignage feu / terre / herbe / ciel – rouge / marron / vert / bleu pour débuter en cursive. J’ai commencé avec des affichages trouvés de-ci de-là (liens plus bas) avant de faire des choses de mon côté. Je vous mets ce que j’ai fait et mes quelques réflexions sur le sujet en espérant que cela puisse servir.

alphabet - lignage terre-herbe-ciel


Pourquoi / comment ce lignage ?

Ce lignage est utilisé utilisé pour aider les enfants dyspraxiques. Je ne connais que peu le sujet des dys, mais j’imagine que dans ce cas l’interêt est qu’il est facile de verbaliser le tracé de la lettre : « je fais une boucle qui monte jusqu’à la ligne du ciel et qui redescend sur terre » étant plus parlant que « je fais une boucle qui monte à la troisième petite ligne et qui redescend sur la ligne rouge ». On a aussi une certaine forme de logique puisque les lettres ont globalement les pieds sur la ligne de terre. C’est de ce dernier point que je pars pour introduire l’image feu / terre / herbe / ciel et les lignes rouge / marron / vert / bleu, auprès des élèves en travaillant l’observation, le regroupement des lettres en famille :

  • Ligne de terre / ligne marron : La plupart des lettres ont les pieds sur terre.
  • Ligne verte / ligne de l’herbe : Toutes les lettres ne font pas la même taille, il y a des lettres qui sont plus petites que d’autres. Certaines ne sont pas assez grandes pour dépasser de l’herbe.
  • Ligne de ciel / ligne bleue : Certaines lettres vont monter vers le ciel. Certaines jusqu’en haut comme le l, d’autres à mi chemin comme le d.
  • Ligne de feu / ligne rouge : D’autres lettres descendent dans la terre comme le p.

Avec les plus jeunes élèves, je n’utilise pas la dénomination ligne de feu, car la perspective d’avoir du feu sous nos pieds peut être très anxiogène. Je me contente alors de parler de la ligne rouge.


Affichage(s) pour la classe

J’ai beaucoup utilisé l’alphabet qu’on trouve sur la classe de Mme figaro qui présente les lettres en écriture cursive sur un fond terre / herbe / ciel avant de créer le mien. Mon idée de départ était d’augmenter la lisibilité en mettant les lettres sur fond blanc (l’image terre/herbe/ciel est sur la gauche, les lignes se prolongeant vers la droite). J’en ai profité pour m’affranchir de la police « cursive standard » qui pose un certain nombre de problèmes. En effet, une police d’écriture est faite pour que toute lettre puisse être attachée à toute autre lettre. On se retrouve donc globalement avec des lettres qui partent entre deux interlignes pour arriver entre deux interlignes*. Or quand on écrit à la main, on adapte le tracé d’une lettre en fonction de ce qui précède et de ce qui suit (penser au tracé de la lettre e qui change entre « be » et « en » ou au tracé du n qui est modifié entre « en » et « on » parce qu’attaché une fois en bas avec le e et une fois en haut avec le o). Pour le tracé de mes lettres, je n’ai pas utilisé de police de caractères mais tracé les lettres à la main en utilisant des courbes en essayant de me mettre au plus près d’une écriture cursive manuelle lettre à lettre.

J’ai aussi prévu un affichage vierge avec l’image terre / herbe / ciel, la même image avec le lignage rouge / marron / vert / bleu par dessus et une dernière image avec une bande sur la gauche et les lignes qui se prolongent vers la droite.

Les fichiers sont disponibles ici, à imprimer (en deux pages par feuilles, je trouve ça pratique) et plastifier :

affichage - lignage terre herbe ciel affichage – lignage terre herbe ciel.pdf
affichage - alphabet cursive - lignage terre herbe ciel - a affichage – alphabet cursive – lignage terre herbe ciel.pdf

A noter que l’image terre / herbe / ciel que j’utilise ici est un assemblage, réalisé par mes soins, d’images libres de droits trouvées sur wikimedia.

* C’est plus ou moins vrai avec les dernières versions de nos traitements de textes qui permettent les variantes contextuelles (i.e. une lettre est perçue en fonction de la précédente et de la suivante). Plus d’informations sur le site de Danièle Dumont et dans cette vidéo.


Feuilles pour l’écriture

Pour l’écriture à proprement parler, j’utilise des feuilles avec le lignage qui va bien glissées dans des pochettes plastiques pour que les élèves puissent travailler au feutre effaçable. Au départ, j’ai utilisé le générateur de feuilles que l’on trouve sur le site desmoulins.fr puis j’ai homogénéisé avec les affichages de la classe i.e. une feuille avec un bandeau image terre / herbe / ciel sur la gauche et des lignes qui se prolongent vers la droite. C’est le principe que vous avez dû trouver dans les quelques fiches d’écriture que j’ai déjà mis en ligne (bonne année et bonne fête maman / bonne fête papa).

Le fichier est disponible ci-dessous, vous trouverez dedans une page avec 4 lignes et une deuxième à 5 lignes. Comme dit plus haut, on peut les utiliser glissées dans une pochette plastique avec un feutre effaçable ou imprimées pour travailler au crayon (imprimées en deux pages par feuille sur un 1/2 A4 c’est pas mal pour constituer un cahier d’écriture… j’y reviendrai) :

cahier d'écriture - page vierge cahier d’écriture cursive – page vierge.pdf

A relire cet article, je m’aperçois qu’il est relativement long… J’espère que tout ça n’est pas trop confus. Comme d’habitude, n’hésitez pas à me faire un retour, ce que vous trouvez pratique, ce qui peut être amélioré, ce que vous avez dû modifier pour l’adapter à votre pratique de classe, ce qui vous semble manquer, etc. En bref : je suis preneur !