Archives du mot-clé portrait

Fresque à la manière de Keith Haring

Cela fait des mois -si ce n’est des années- que je veux partager cet article et ne prends pas le temps de m’y mettre. Le hasard fait que dans la même semaine mon téléphone m’a affiché un souvenir il y a trois ans aujourd’hui avec une photo de la fresque à la manière de Keith Haring que j’avais faite avec mes élèves de MS GS l’année de mon arrivée sur ma nouvelle école de rattachement et que je me suis retrouvé à remplacer en CE2 avec les élèves en question. Bref, je profite de ce coup de vieux pour vous partager enfin ce travail autour du portrait en pied : Fresque à la manière de Keith Haring.

A la manière de Keith Haring - Portrait en pied

La production de Haring est très riche, je vous invite à consulter une partie de son oeuvre sur ce site classée par année. A noter que toute l’oeuvre de Haring n’est pas adaptée à un jeune public, enfin pas sans explications ; artiste engagé, il a produit beaucoup d’oeuvres pour dénoncer, en vrac, l’homophobie, le risque atomique, la dégradation de l’environnement, la domination de l’homme blanc, l’épidémie de SIDA, etc.

Pour cette fresque, j’ai utilisé une oeuvre sans titre de 1987 (Dance) qui présente les caractéristiques « classiques » de son oeuvre : couleurs en aplats, contours marqués, personnages silhouettes.

Keith Haring - 1987 - Sans titre (dance)

Dans un premier temps, nous avons observé l’œuvre de Haring : ce qu’on voit (des personnages), ce qu’ils font (ils sautent, ils dansent, ils bougent), pourquoi on peut dire qu’ils sont en train de bouger (parce qu’il y a des petits traits qui représentent le mouvement). Nous sommes revenus plusieurs fois sur cette notion de mouvement en dessin avec des représentations bouge / ne bouge pas au tableau (une voiture, un avion, un bonhomme, etc. dessinés à la craie). Nous avons ensuite observé les couleurs (fond jaune, sol vert, contours en noir, couleurs en aplat i.e. une seul couleur par personnage, rouge, bleu, vert, rose, orange, etc.).

Keith Haring bonhomme how to

Dans en deuxième temps j’ai montré aux élèves une photo de Haring en situation et leur ai proposé de réaliser une fresque à sa manière pour décorer le couloir de l’école.

Matériel :

  • Rouleau de papier ou tapisserie (on utilise le dos du papier) de grande longueur.
  • De quoi maintenir le rouleau en place verticalement. Personnellement je l’avais posé sur une petite table et ce n’était pas idéal. A refaire, j’emmancherai mon rouleau sur un balai pour pouvoir le dérouler facilement.
  • Des aimants (en grande quantité).
  • Crayons à papier.
  • Pinceaux brosse large.
  • Peinture gouache dans des teintes variées pour les personnages (rouge, bleu, vert, orange, rose).
  • Encre de chine pour les contours des personnages et les traits de mouvement.
  • Peinture gouache jaune pour le fond.
  • Éponges.

Réalisation (cliquez sur les images pour les voir en grand) :

La mise en place, au moins pour la première fois, nécessite un peu d’attention ; pas qu’elle soit vraiment compliquée mais il faut faire attention que tout soit bien calé pour ne pas avoir une chute de papier impromptue : mettre en place le rouleau de papier d’un côté du tableau, dérouler une bande de papier sur toute la longueur du tableau et commencer à enrouler de l’autre côté. Maintenir la bande de papier en place avec des aimants positionnés régulièrement. On peut envisager de travailler par bandes de papier coupées à chaque fois sur la largeur du tableau pour ne pas avoir à enrouler/dérouler mais on perd un peu l’idée de la fresque d’un seul tenant.

J’ai eu besoin de mettre des bancs sous le tableau pour que les élèves soient à hauteur.

Portrait à la manière de Keith Haring - 01 Suivant la largeur du tableau, prévoir un groupe de quatre à cinq enfants qui vont travailler en même temps.

Par deux, les élève tracent leur silhouette au crayon à papier. Insister sur la position des bras – pas le long du corps, avec des « pliures ». Un travail préalable sur le tracé de contour d’objets de petits formats est à envisager au préalable. Veiller aussi à ce que les enfants ne soient pas trop serrés… le risque étant que les contours se touchent lors du passage à l’encre de chine.

A noter que, contrairement à l’oeuvre de Haring, mon rouleau n’était pas assez grand pour permettre la présence des jambes ; on est donc sur un portrait en pieds coupés. 🙂

Portrait à la manière de Keith Haring - 02 Ensuite, on trace un premier contour en repassant sur le trait au crayon avec de la gouache et un pinceau large. Ce contour a pour seul but d’éviter de dépasser lors de la mise en peinture.

On garde la même peinture et on remplit son contour.

Je donne à chaque élève une barquette ou un pot de yaourt plein de la couleur qu’il a choisi. Cette opération est relativement gourmande en peinture, il faut prévoir de remplir suffisamment les pots.

Portrait à la manière de Keith Haring - 03 Une fois la gouache sèche, ce qui est normalement assez rapide pour peu que nos peintres n’aient pas abusé sur la couche de peinture, on peut faire le contour à l’encre de chine avec un pinceau large.

On n’oublie pas de rajouter les traits de mouvement. Pour donner l’impression que « ça bouge ».

Attention à bien doser la quantité d’encre dans le pinceau, frotter le pinceau sur le bord du pot d’encre pour enlever le plus gros, afin d’éviter les coulures.

Portrait à la manière de Keith Haring - 04 Une fois que le groupe a terminé, on travaille à l’éponge et à la gouache jaune pour faire le fond. Pas de risque de salir l’encre de chine avec la gouache ; une fois sèche (quelques minutes), l’encre de chine ne bouge plus. Attention toutefois à travailler en tamponnant et à ne pas trop charger l’éponge. L’idée ici n’est pas d’étaler la peinture mais de venir faire une empreinte d’éponge pour apporter un peu de texture. Il peut rester un peu de blanc de papier entre les empreintes d’éponge.

A noter que la photo n’est pas exactement celle-ci vu que le fond du groupe précédent est terminé et que c’est une autre élève qui s’occupe de sa silhouette mais je n’ai pas fait de photo dédiée pour cette partie du travail.

Quand le fond est sec, enrouler d’un côté, dérouler de l’autre pour préparer une nouvelle zone de travail. Attention à replacer les aimants avant de lancer un nouveau groupe et à faire que les fonds jaunes se touchent.

Ne reste plus qu’à agrafer ça dans le couloir avec l’agrafeuse murale (merci So pour le prêt !) ; une aide est bienvenue – un qui déroule, un qui agrafe. Attention à rester bien droit, avec des longueurs pareilles, ça ne pardonne pas (notre fresque devait faire sa bonne dizaine de mètres).

A la manière de Keith Haring - Portrait en pied2

A la manière de Keith Haring - Portrait en pied - panoramique

Publicités