L’arbre des 4 saisons

Voilà un travail que j’ai mené toute l’année et terminé il y a quelques jours seulement (été oblige) : l’arbre des 4 saisons ou plutôt les 4 saisons de l’arbre.

A chaque changement de saison j’ai demandé aux élèves d’observer les arbres de la cour et les plantes du voisinage, de noter la présence de feuillage ou pas, de fleurs ou de fruits (nous avons un mûrier platane dans la cour qui donne des fruits courant juin ce qui permet d’observer les fruits sur l’arbre… ce qui est probablement le plus compliqué à observer in situ). L’idée est d’amener les élèves à prendre conscience de leur environnement proche d’une part, à percevoir les caractéristiques des 4 saisons et le cycle de vie des plantes d’autre part.

03 - printemps 04 - été
01 - automne 02 - hiver

Pour la réalisation, l’adulte commence par coller le nom de la saison en bas de la feuille (voir mon modèle Les 4 saisons – lettres creuses.pdf à imprimer en A3). Ensuite, et c’est toujours un travail d’adulte pour garder une ressemblance d’une saison à l’autre, on trace un arbre sur la feuille avant de pouvoir faire travailler les élèves en petits groupes. Il leur reste à réaliser :

  • le tronc de l’arbre à la gouache
  • le ciel à la gouache
  • le sol
  • les contours de l’arbre à l’encre de chine
  • les autres éléments (feuilles, flocons de neige, fruits)

En termes d’outils je trouve que l’éponge tamponnée donne de bons résultats avec la gouache (voir l’image de l’automne ci-dessous pour le tronc de l’arbre, toutes les autres images pour le ciel) mais c’est un peu au ressenti de chacun. En termes de matières et techniques, on a utilisé :

  • du papier crépon (il y en avait des stocks dans la classe) pour les feuilles ou l’herbe
  • de la gouache avec des empreintes de bouchon pour les fleurs du printemps
  • de la peinture acrylique pour avoir des fruits brillants en été
  • des morceaux de feuilles ramassées dans la cour pour le mot automne
  • mis des feuilles de la cour au dos de notre feuille et fait l’empreinte des nervures en frottant des craies grasses (la craie se dépose en fonction du « relief » de la feuille)
  • du coton pour les flocons de l’hiver

Pour la papier, je n’ai pas précisé mais j’utilise deux feuilles grand format en papier épais collées ensemble pour avoir une très grande surface (supérieure au mètre sur la hauteur).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s