Archives pour la catégorie Langage oral

Travailler sur la langue, la syntaxe et tout simplement apprendre à mieux parler.

Fiches sons phonologie GS

Suite à la mise à jour de ma programmation en phonologie, j’ai fait le point sur mes fiches sons. Pour le travail sur les phonèmes, j’utilise de manière systématique :

  • Des flashcards pour trier les mots-images dans lesquels on entend / on n’entend pas tel ou tel son et définir ainsi des mots référents.
  • Une affiche des mots référents précédemment définis.
  • Un coloriage magique pour entraîner son oreille (non présent ici, il s’agit d’un fichier).
  • Une fiche de travail dans laquelle il faut trouver dans quelle syllabe du mot-image on entend le son. Pour les élèves les plus avancés, et suivant la période de l’année, ces fiches sont différenciées avec une fiche pour laquelle les syllabes sont déjà marquées et une autre où les élèves doivent d’abord compter le nombre de syllabes et les représenter avant d’indiquer dans quelle syllabe ils entendent le son.

Phonologie - affiches

A noter que, pour ce travail en maternelle et pour éviter des problèmes de lisibilité auprès des parents, j’utilise en générale la notation graphème principale et non pas la notation de l’alphabet phonétique. Par exemple, je parle du son [ ou ] et non pas du son [ u ]. Par ailleurs, pour les sons qui ont plusieurs graphies (le son [ s ] en particulier), j’ai utilisé les graphies les plus fréquentes et non pas une liste exhaustive des différentes graphies du son ; l’idée étant que les élèves comprennent qu’il y a parfois plusieurs façon d’écrire une même sonorité. Enfin, j’ai défini plusieurs mots référents pour chaque son, des mots de mon choix, ceux définis par mes collègues de cycle 2 et ceux utilisé par l’alphabet des clés du code de Sylviane et Bruno Guihard (voir l’article sur ma programmation phono et le fichier lié dans lequel j’en parle plus longuement).

Les sons choisis sont fonctions de leur fréquence en français (là encore, se référer à ma programmation phono et le fichier lié dans lequel je détaille le choix des sons). A voir si j’en ajoute d’autres dans le futur.

Cliquez sur les images pour accéder aux fichiers.

Son Flashcards des mots images Affiche des mots référents Fiche de travail
Trouver dans quelle syllabe est le son
Son a Son a – flashcards.zip Son a - affiche Son a - Trouver le son dans la syllabe
Son e Son e – flashcards.zip Son e - affiche Son e - Trouver le son dans la syllabe
Son é Son é – flashcards.zip Son é - affiche Son é - Trouver le son dans la syllabe
Son i Son i – flashcards.zip Son i - affiche Son i - Trouver le son dans la syllabe
Son l Son l – flashcards.zip Son l - affiche Son l - Trouver le son dans la syllabe
Son m Son m – flashcards.zip Son m - affiche Son m - Trouver le son dans la syllabe
Son o Son o – flashcards.zip Son o - affiche Son o - Trouver le son dans la syllabe
Son on Son on – flashcards.zip Son on - affiche Son on - Trouver le son dans la syllabe
Son ou Son ou – flashcards.zip Son ou - affiche Son ou - Trouver le son dans la syllabe
Son r Son r – flashcards.zip Son r - affiche Son r - Trouver le son dans la syllabe
Son s Son s – flashcards.zip Son s - affiche Son s - Trouver le son dans la syllabe

Comme d’habitude, les images sont tirées de openclipart.org. J’ai lu et relu, vérifié et revérifié mais merci de me signaler en commentaire les erreurs que vous trouvez que je puisse corriger !

Publicités

Programmation phonologie GS (et MS)

J’ai profité des vacances pour mettre à jour ma programmation en phonologie en regard des nouveaux programmes pour l’école maternelle (2015). Le travail sur les syllabes est (en partie) inspiré par ce qui est proposé par la série Vers la phono des éditions Accès ; le travail autour de l’étude des phonèmes par une conférence de Sylviane Guihard-Lepetit et Bruno Guihard sur l’enseignement du code pour l’entrée dans l’écrit à laquelle j’ai assisté l’année dernière. Ci-dessous un résumé des éléments que j’ai incorporés à ma programmation, le document étant accessible à la fin de l’article.

Dans les programmes

Les programmes 2015 donnent le sens du travail qui doit être mené (le mot -et se détacher de son sens- > la syllabe > le son) et précisent que le travail sur les sons ne doit être mené que pour ceux qui en sont capables. Le travail sur les sons ne doit donc intervenir qu’après un travail important sur les syllabes. D’expérience, le travail sur le « découpage » et le frappé de syllabes est rarement problématique, il faudra donc favoriser des jeux de syllabes autour de la sonorité des syllabes elles-mêmes (recherche de syllabes d’attaques identiques, rimes, etc.).

Si le langage oral reste le premier support et moyen d’étude de la langue, les programmes stipulent que des séances de phonologie courtes et régulières sont mises en place par l’enseignant, en particulier avec les enfants pour lesquels il ne repère pas d’évolution dans les essais d’écriture. Il faudra mettre en place des séances (courtes) d’écriture tâtonnée en parallèle des séances qui traitent de l’étude des sons.

L’étude des sons, phonèmes et graphèmes

Sylviane Guihard-Lepetit et Bruno Guihard ont constaté qu’à l’entrée en CP, le nombre de lettres reconnues par un élève était le meilleur indicateur de sa capacité à rentrer dans la lecture. Indicateur meilleur que le QI ou le niveau socio-culturel des parents. La question que je me pose toujours, à titre personnel, sur les indicateurs comme celui-là est de savoir si un élève sait nommer/reconnaître toutes les lettres de l’alphabet parce qu’il est prêt à lire ou si c’est parce qu’il sait nommer/reconnaître les lettres qu’il est prêt à lire. La première approche tient de la maturité de l’élève, la deuxième de son apprentissage ; la réalité est sûrement un mélange des deux.

Toujours en termes d’indicateurs, et ça concerne plutôt les élèves un peu plus âgés, il semble que la fluence soit directement liée à la connaissance des graphèmes complexes.

Pour recentrer un peu mon sujet phonologie, Sylviane et Bruno Guihard posent les principes suivants :

  • Etudier les sons en fonction de leur fréquence en français
  • Ne pas (trop) s’attarder sur les sons-voyelles qui peuvent renforcer la confusion « nom de la lettre = son de la lettre »
  • Introduire des sons-consonnes rapidement, pour pouvoir combiner
  • Introduire rapidement des phonèmes codés par des graphèmes complexes

Voir la totalité de mes notes sur le sujet : Enseigner le code pour entrer dans l’écrit.pdf

Programmation

Ma programmation essaie de tenir compte des éléments ci-dessus en partant du mot avant le travail sur la syllabe puis le son, sachant que j’introduis l’étude des phonèmes avant d’avoir fait complètement le tour de la syllabe… A voir si ça fonctionne à terme ou s’il est préférable pour la construction des savoirs d’avoir complètement traité le sujet syllabe avant d’attaquer le sujet phonème.

Ma programmation : Programmation – Langage dans toutes ses dimensions – Phonologie.pdf

Jeu de langage – Jeu du pirate

Voici un jeu que j’adore : le jeu du pirate. Je m’en sers comme jeu de langage pour obliger les élèves à utiliser une structure syntaxique complexe et un vocabulaire précis. Je l’ai testé avec succès dans toutes les classes de maternelle, de la petite section à la grande section. Je suis même à peu près certain que des élèves d’élémentaire se prêteraient volontiers au jeu.

Le jeu est assez simple et pourrait s’expliquer en dix lignes, mais comme il est question de langage en maternelle, je risque de m’étendre un peu. D’ailleurs, je vous invite à ne pas zapper les notes en bas de l’article.

Jeu du pirate

Jeu préparatoire – Constituer un premier trésor de classe

Avant de pouvoir faire le jeu du pirate à proprement parler, il faut commencer à constituer un petit trésor de classe. Pour ça, je commence par un jeu avec le carton mystère (ou avec un simple sac à toucher) :

  • Je mets un objet dans le carton en m’assurant que les élèves ne me voient pas.
  • Pendant un temps de regroupement, j’invite un élève à venir toucher l’objet dans le carton (sans le sortir, ce qui n’est pas toujours évident les premières fois). Il doit garder en tête son idée et retourner s’asseoir.
  • Je fais passer plusieurs élèves à tour de rôle. Je leur répète la règle : « Rappelle-toi : il faut laisser l’objet dans le carton, bien garder ton idée en tête et rester silencieux quand tu retournes t’asseoir ».
  • Quand j’ai fait passer une dizaine d’enfants (attention aux déceptions, ils ont tous envie de faire ce jeu), j’interroge les enfants qui sont passés. Je leur demande d’utiliser la syntaxe « Je pense que c’est … »¹ pour éviter le mot phrase en enrichir leur syntaxe. S’ils n’utilisent pas la bonne syntaxe, je les reprends. En général ils ont vite compris et ça vient tout seul.
  • A la fin, on vérifie en sortant l’objet du carton (ou du sac) et on le met dans notre trésor de classe (une simple boîte en carton type boîte à chaussures).

Je commence en général par des objets de la classe. Par exemple : un bouchon de feutre rouge, un crayon à papier, une pince à linge en bois, etc. Pour que ça aille assez vite, je fais ce jeu environ deux fois par jour pendant une semaine histoire d’avoir rapidement une dizaine d’objets.

En début de jeu on essaie tous ensemble de se souvenir de ce qu’il y a dans le trésor de la classe. Là encore, on utilise une syntaxe spécifique. A la question « Qu’y a t’il dans la boîte », ils doivent me répondre « Il y a un(e) … ».

J’attends que le vocabulaire utilisé soit exactement celui que l’on a déterminé ensemble avec le carton mystère. Si on a dit « un bouchon de feutre rouge », je n’accepte pas qu’ils me répondent « Il y a un bouchon de feutre ». Bon, en fait je l’accepte mais je reprécise en répétant l’attendu. Rapidement ils utilisent formule syntaxique et vocabulaire exact.

Jeu du pirate

Quand on commence à avoir suffisamment d’objets dans notre trésor, je présente aux élèves notre ami le pirate (une image de pirate découpée et aimanté au tableau) avec quelque chose comme « Voici le terrible pirate Barbe Blanche. Il est venu me dire que ce trésor était à lui. Il veut bien nous le laisser à condition que l’on soit capable de se rappeler de tout ce qu’il y a dans le trésor. Si on se trompe, un morceau du pirate s’en va et quand le pirate est parti en entier : on a perdu. Attention, il est très susceptible, il faut dire EXACTEMENT ce qu’il y a dans le trésor et utiliser la bonne formule -Dans le trésor du pirate, je pense qu’il y a …-² sinon un morceau du pirate s’en va. ».

J’interroge un élève, et je vérifie si ce qu’il m’a annoncé est bien dans le trésor du pirate. Si l’élève a utilisé la bonne syntaxe, le vocabulaire attendu et que l’objet fait bien parti du trésor, je sors l’objet en question et le pose devant moi pour que les élèves puissent le voir. Si la syntaxe n’est pas correcte, le vocabulaire pas exact ou si, tout simplement, l’objet en question ne fait pas parti du trésor je fais partir un morceau de pirate (en général je relance l’élève sur les aspects syntaxiques en lui rappelant le début de la formule).

Si on a gagné, c’est à dire si on a réussi à lister tous les objets sans que le pirate ne soit parti en entier, on peut rajouter un autre objet. Pas de limite dans les objets, on peut mettre des choses compliquées dont on veut faire retenir le nom (j’ai déjà mis un sablier, une boussole et un économe) ou des choses similaires (un bouchon de feutre rouge et un bouchon de feutre bleu). Retour au carton mystère et au jeu précédent.

C’est un moment que j’aime bien, les élèves aussi, parce que je peux un peu faire le guignol et utiliser une pseudo voix de pirate qui parle fort. Pour le coup, il faut voir leur implication dans le jeu et éventuellement accepter un peu de bruit ou leur rappeler que le pirate n’aime pas avoir mal aux oreilles… Quand il ne reste qu’un ou deux morceaux de pirate, avant qu’ils ne répondent, je leur demande s’ils sont sûr de ce qu’ils vont dire. Ca me permet de voir les aspects de confiance en soi et leur montre que si on est sûr, et même si le maître pose la question, il ne faut pas se mettre à douter³.

Et après ?
Voici quelque chose que je n’ai jamais eu le temps de tester mais que j’essaierais de faire cette année si je reste sur mon remplacement actuel : arriver à avoir suffisamment d’objets pour qu’on ne soit plus capable de les lister tous, i.e. on perd à chaque fois, et guider les élèves vers la permanence de l’écrit i.e. on pourrait se faire une liste (en dessinant) pour être sûr de se souvenir.

Pour résumer, pas besoin de grand chose pour faire ce jeu : une boîte (type boîte à chaussure), des objets et une image de pirate à mettre au tableau. Comme image de pirate, vous pouvez prendre ce que vous voulez, j’ai trouvé la mienne sur openclipart. Une copie est disponible ici : pirate.jpg. A imprimer, découper en 5 morceaux et plastifier. Il faut ajouter un aimant autocollant sur chacune des bandes.

1 – A noter qu’on peut faire varier la syntaxe à utiliser en fonction des élèves « C’est peut-être un(e) … », « A mon avis c’est … », « J’ai l’impression que c’est … », « Je suis sûr que c’est … », etc..

2 – Ici aussi, on peut faire varier la syntaxe à utiliser en fonction des élèves « Dans le trésor du pirate il y a », « Dans le trésor du pirate, je pense qu’il y a », « … je crois qu’il y a », « … je sais qu’il y a » (et introduire avant le « si vous en êtes sûr vous pouvez me dire que vous savez qu’il y a »), etc.

3 – Imaginer un élève de cycle 3 faisant une opération simple de type 4 x 3 = 12 à qui l’enseignant demande si il est sûr que son calcul est correct… et qui va d’un seul coup répondre non parce que c’est l’enseignant qui lui a posé la question donc forcément c’est qu’il y a une erreur. Voir les histoires de contrat didactique.